Entre ciel et terre

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, « L’Arvout (Garantie mutuelle), » (version abrégée): Le but de la Création repose sur les épaules de l’ensemble de la race humaine. Mais à cause de la descente de la nature humaine au plus bas degré, qui est l’amour de soi et qui règne sans restriction sur l’ensemble de l’humanité, il n’y avait pas moyen de négocier avec eux et de les persuader d’accepter de prendre sur eux-mêmes, de quitter de leur monde étroit pour les grands espaces de l’amour des autres.
 
La nation israélienne faisait exception, car ils ont été réduits à l’esclavage dans le royaume sauvage de l’Egypte. Comme indiqué par ces deux préfaces, ils en étaient qualifiés, comme il est écrit, «et Israël campa là, devant la montagne», comme «un homme dans un seul coeur». Car que chaque personne de la nation se détacha complètement de l’amour de soi, et ne désira agir plus que pour le bénéfice de son prochain, unique raison pour être qualifiés pour recevoir la Lumière qui corrige.
 
La correction du monde se fait progressivement. Elle ne peut pas avoir lieu en une seule personne, mais doit être répartie entre de nombreuses âmes. Elle ne peut être réalisée en une fois, en une génération, mais plutôt au travers d’une suite de générations. La correction ne peut avoir lieu si tout le monde est identique. Au contraire, il doit y avoir différents types de personnes. Toutes ces conditions sont destinées à faciliter la voie.

La correction se fait toujours par le biais de deux forces: La force de la souffrance qui nous pousse par derrière, et la force de la lumière qui nous tire vers l’avant. Le genre de personnes impliquées n’y change rien. Nous pouvons par conséquence comprendre pourquoi les âmes ne sont pas les mêmes. Certaines commencent la correction en premier, elles sont appelées Israël, ce qui signifie, celles qui aspirent « droit au Créateur» (Yashar-El). Elles se corrigent avant que toutes les autres âmes se joignent au processus.
 
Les gens qui appartiennent à la catégorie d’Israël sentent le mal de leur égoïsme croissant, qui est appelé  «l’esclavage égyptien. » Ils veulent acquérir le monde spirituel, mais rencontrent une résistance: Ils sont rejetés, et des poids sont attachés à leurs pieds les empêchant de s’élever. C’est donc Israël qui subit de nombreuses obstacles sur leur cheminement spirituel.

En conséquence, ils ont reçu une étincelle d’un désir spirituel brûlant. Finalement, ils se retrouvent entre deux forces opposées qui les tirent vers l’avant et vers l’arrière jusqu’à pratiquement les déchirer en deux. D’une part, ils sentent une élévation vers le haut et de l’autre l’exil égyptien.
 
Ce contraste est accompagné par des conditions difficiles dans un processus historique difficile, dans les relations hostiles de la part du monde et plus encore. Cependant, tout cela nous aide à complèter la correction plus rapidement que les autres et à les aider ensuite. Si ce n’était pour l’objectif final, effectuer les actions du Créateur dans notre monde, on ne pourrait que prendre pitié de nous. Nous ne pouvons justifier ce cheminement que si nous comprenons la mission qui nous a été donnée.

Il y a des forces qui nous poussent en avant, et il ya d’autres forces qui nous empêchent d’avancer. Nous faisons l’expérience d’un développement très désagréable, « entre le marteau et l’enclume », mais nous devons comprendre que nous sommes en fait au centre de la correction, et tout dépend de nous. L’humanité a déjà besoin de nous.
 
Extrait de la 4ème partie du cours journalier de Kabbale 21.11.2011, « L’Arvout (Garantie Mutuelle) »

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: