Passer d’un point à un cercle

Dr. Michael LaitmanQuestion : Si la spiritualité ne se révèle pas à mon «moi», comment puis-je demander quelque chose à la convention ? Comment puis-je demander au Créateur de me changer, si en principe, le «moi» n’existe pas ?

Réponse : Vous travaillez seul jusqu’à ce que vous vous unissiez avec vos amis : Vous participez à la vie de groupe, à l’unité et à la diffusion. D’autre part, le récipient spirituel que nous créerons sera un récipient commun. Je ne peux faire l’expérience de sensations et de la certitude spirituelle que lorsque je suis en adhésion avec les autres. Je ne peux découvrir la satisfaction du récipient de don qu’avec mon prochain, qu’en étant uni avec lui.

C’est de cette manière que je fais des actions individuelles pour m’élever vers l’unité. Et lors de la convention, je ne vois personne séparément : Au lieu de voir les visages de mes amis, je ne veux voir qu’un seul désir. Ensemble, nous créons une chose unifiée au-dessus de nous, un «récipient spirituel», où nous souhaitons révéler la force supérieure.

Question : Si je fais l’expérience de quelque chose de similaire à la fin de la convention, comment puis-je être sûr que j’ai vraiment atteint le but ?

Réponse : Cela se manifestera comme un fait : Soit, vous savez ce que c’est, soit vous ne le savez pas. C’est parce que nous atteignons le monde spirituel par des sensations réelles.

La réalisation spirituelle est un milliard de fois plus élevée et plus forte que votre perception actuelle. Actuellement, elle est limitée par un point noir au centre de tous les mondes, dans lequel nous n’avons aucuns traits spirituels. Nous ne connaissons pas la cause ou ses conséquences, nous ne savons pas d’où nos sensations viennent et comment nos désirs changent. Pourquoi chaque instant de ma vie diffère des moments précédents ? Ceci m’est inconnu. Les sensations changent, les pensées surviennent, les désirs s’alternent, les facteurs d’influence se découvrent, et je n’ai aucune connaissance sur ce processus et les résultats de mes états. J’existe dans un point noir.

Ce n’est qu’après être entré au niveau spirituel, m’être élevé au-dessus de mon point, et après avoir élargi le cercle de ma perception, que je commence alors seulement à percevoir la cause de toutes les choses qui m’arrivent. Je comprends comment je dois agir, comment je vois et atteins, je sais que j’existe dans un état partagé par tout le monde. Alors, comment puis-je le renforcer? Comment puis-je renforcer le lien entre nous ? Après tout, sa force détermine la force de ma perception de la vie, la force de ma certitude, ma compréhension et ma réalisation.

C’est de cette façon que je commence à monter toujours plus haut. Quand j’entre dans la notion de «nous», quand je me plonge dans notre désir et sensation communs, dans notre pensée commune, je cesse de percevoir la vie matérielle, au point que la mort de ma chair ne me semble pas être ma propre mort. Seul le corps meurt parce qu’il ne reste que dans le point central de tous les mondes, le point le plus obscure et le plus noire, alors que je me suis déjà élevé au moins vers le cercle suivant.

De la Leçon préparatoire, Congrès mondial Arvout 2011

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: