Le groupe: ma balise dans l’obscurité

Dr. Michael Laitman with StudentsNous devons toujours vérifier si nous progressons correctement, si nous acquérons une nouvelle force de désir et l’intention de l’utiliser pour le bien du don sans réserve et non autrement. Alors, comment vous évaluez-vous pour voir si vous êtes bien face au Créateur, si vous vous dirigez bien vers Lui ?

A cet effet, en dehors du Créateur, nous avons besoin d’un autre point de référence fournissant les conditions nécessaires à notre progression. Il s’avère que la solution est assez simple. En utilisant la Lumière, nous pouvons augmenter le point de désir créé par le Créateur. En le décomposant en morceaux, nous pouvons prendre conscience de nous-mêmes par contraste avec la Lumière. La force de l’égoïsme et la séparation mutuelle se dresse entre nous. Au lieu de la puissance de l’amour et du don, c’est la force de réception, la qualité de l’ego, qui est opposée à la Lumière.

Lorsque nous commençons à ressentir ces pièces et que nous essayons de nous rapprocher les uns des autres, en travaillant contre leur désir, nous atteindrons nécessairement le but : l’adhésion avec le Créateur. Il s’avère que la connexion de ces désirs distants et opposés et la connexion avec le Créateur est la même chose. C’est parce que nous devenons semblables au Créateur, la Lumière, dans la même mesure où nous rapprochons les uns aux autres.

C’est pourquoi il est si important d’aimer vos amis et de vous connecter au groupe. Les lois et les actions que nous réalisons en nous connectant les uns aux autres sont les mêmes lois et actions, que nous devons réaliser vis-à-vis du Créateur. De cette façon, nous atteignons la connexion, l’amour, la ressemblance, et l’adhésion, tout ce qui est contenu dans le but de la création, comme il est écrit : « De l’amour des êtres créés à l’amour du Créateur. »

On nous donne un point initial, et en l’ayant lui et notre désir, nous sommes au début d’un «champ que le Seigneur a béni. » Nous devons traverser cette terre sans nous y perdre. Ceci n’est possible qu’en nous connectant aux amis.

Quand nous sommes incapables de travailler de la bonne façon ou lorsque nous essayons de le faire, mais que nous en sommes incapables pour des raisons indépendantes de nous, nous entrons dans l’exil égyptien, même si cela est une étape du voyage, que nous devons aussi expérimenter. Cependant, nous ne pourrons parvenir à cette étape qu’après nous être perdus en chemin. Cette errance dans le champ est appelé l’exil égyptien.

Puis, ce champ nous fait sortir d’Égypte. Là, nous recevons la méthode de correction, appelée la Torah, qui nous corrige. Ce champ se transforme en désert et devient plus tard la terre d’Israël. Cependant, tout cela est le même champ, le même désir de recevoir du plaisir, que nous devons rendre similaire à la Lumière.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 14/12/2011, Ecrits du Rabash

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: