Ce qui est bon pour vous est mauvais pour l’économie

Opinion : (Eitan Avriel, rédacteur en chef, themarker.com): «Dans la vie quotidienne, la logique d’une personne fonctionne normalement parfaitement. Si une personne ou une famille consomme au-dessus de leur capacité et s’endette, le remède approprié sera de réduire la consommation et la dette.

« La logique fonctionne aussi bien en sens inverse : Si une personne veut réussir, mais n’a pas d’argent, elle doit obtenir un crédit auprès des banques ou des investisseurs, lutter sur le marché, et essayer de réaliser son rêve, en terrassant sans pitié ses concurrents.

«Cependant, quand il s’agit de la macroéconomie, cette logique cesse de fonctionner et donne souvent des résultats opposés. Une banque n’aura généralement pas plus de 10% de l’argent qu’elle doit rendre à ses clients, et si tous les clients demandent leur argent en retour, elle ne pourrait pas faire face à cette situation.

« En macroéconomie, si tous les citoyens endettés décidaient de diminuer leur niveau de vie, de réduire leur consommation, et de liquider leur passif, l’ensemble de l’économie se trouverait dans une profonde crise. La demande diminuerait, les entreprises fermeraient, les employés seraient licenciés, la demande diminuerait encore, et ce vortex tirerait toute l’économie vers le bas. Ce qui fonctionne… à un niveau personnel devient un piège au niveau de l’économie.

«Cela fonctionne aussi dans l’autre sens : si le public décide de souscrire à un prêt et de dépenser l’argent, l’économie se développera durant une période limitée. Mais les dettes augmenteront, les prix baisseront, les bulles éclateront, les banques devront sécuriser leurs actifs, et nous retournerons au scénario de la crise de 2008. Ce qui vous rend heureux n’est pas toujours bon pour votre économie, et n’est donc pas bon pour vous non plus. C’est étrange et non-intuitif, mais c’est vrai.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: