Au-dessus du niveau de la mort

Dr. Michael LaitmanL’éducation intégrale enlève d’une personne pratiquement tout ce qui caractérise notre société moderne. Ce qui reste est seulement son existence normale, paisible, et régulière (que nous appelons le niveau animal, non pas par mépris car c’est le niveau auquel notre corps physique existe). À ce stade, une personne consacre toutes ses ressources uniquement à maîtriser le degré suivant, celui de «Adam», le degré de la garantie mutuelle universelle, de l’élévation, et de  l’unité. C’est précisément dans notre unité que ce révèle le prochain niveau de notre existence: la réalisation de l’éternité et de la perfection.

Et cela est possible car en rompant avec notre corps animal et en atteignant l’image complète de la nature, son mécanisme, sa dynamique et les forces qui l’imprègnent de bout en bout, tout ce processus, une personne se connecte et s’associe à ce processus et vit déjà simplement à ce niveau. C’est comme si il ou elle se détachait de son propre corps (nous ne pouvons pas encore imaginer cet état ) et on s’associait à l’union atteinte en commun et qu’on existait au sein de l’union de telle sorte que même si notre corps mourrait, on ne ressentirait pas la mort. C’est comme si c’était la mort de son animal de compagnie bien-aimé qui vivait à côté de soi. On ne ressentirait pas que notre «moi» perdrait quelque chose de ce fait.

Puisque notre corps ne représente que la somme de nos désirs et notre notion de l’égo, si nous ne nous associons plus avec lui, c’est comme si nous vivions en lui étant détachés de lui. C’est aussi un problème psychologique, mais il peut être surmonté dans le cadre de l’éducation intégrale.

Nous devons progressivement mener nos étudiants à cela car le problème de la mort, malgré les tentatives constantes de « le réprimer», mène néanmoins l’être humain. Dans n’importe quelle tâche que nous mettons devant nous, nous incluons inconsciemment cet élément et sommes contraints d’y remédier. Toute décision que nous prenons: avoir des enfants, soutenir une famille, paraître d’une certaine façon aux yeux de la société, etc.,  tout présuppose un élément de l’inclusion de soi dans quelque chose en dehors de nous-mêmes puisque, de cette manière, c’est comme si nous continuions sur la lancée.

Des «Cours sur le nouveau monde » n°8, 15.12.11

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: