Est-ce la théorie du tout ou est-ce que tout est de la théorie?

Dr. Michael LaitmanQuestion : Le célèbre scientifique Stephen Hawking, en collaboration avec un groupe d’autres scientifiques croient que notre monde tridimensionnel est «sous l’eau, » que la quatrième dimension est « au-dessus de l’eau, » et que nous devons apprendre à « nager » ensemble. Ils appellent cela la «théorie du tout».
Dans l’ensemble, ils parlent de onze dimensions qui peuvent être décrites comme onze murs. L’affrontement entre ces murs est ce qui provoqua le big bang. Parmi les scientifiques qui détiennent cette perspective sont ceux qui ont pris part au projet de l’accélérateur de particules. Que pouvons-nous dire à ce sujet ?

Réponse : Je ne sous-estime certainement pas les résultats de la recherche scientifique. Au contraire, je les suis et les considère sérieusement.

D’où viennent toutes ces théories ? Le fait est que notre désir égoïste change constamment de forme sous l’influence de la lumière qui les corrige. Quand il change, il découvre en lui différentes théories, concepts, et perceptions. Nous ne nous intéressons pas vraiment à cela, si ce n’est pour pouvoir vérifier si l’humanité avance vers la vérité. Cela signifie-t-il se frayer sentir son chemin vers la vérité dans l’obscurité ?

À compter d’aujourd’hui, les scientifiques sont confrontés à un mur, un mur, pas onze murs. S’ils souhaitent continuer à étudier la nature, ils doivent changer. L’accélérateur doit être à l’intérieur d’une personne. Nous appelons cela «accélérer le temps», «le temps s’accélère », et « raccourcir le chemin. » Cet accélérateur est formé avec l’aide du groupe, lorsque les amis reçoivent la force de la Lumière et quand ils peuvent réellement l’utiliser.

Les scientifiques n’en ont pas les moyens, bien qu’ils aient déjà tout essayé. Le diamètre du tube de l’accélérateur est supérieur à 26 km. Et quand bien même il serait de 26 millions de km, qu’est ce que cela changerait ? Ils y trouveraient seulement plus de particules et de nouvelles données, et alors?

Afin de comprendre la nature, nous avons besoin de la deuxième force qui se trouve en elle, mais les scientifiques n’ont pas cette force. Ils essaient constamment de parvenir à des conclusions et d’apprendre une partie d’une autre, ce qui est impossible. J’ai entendu parler de la théorie des cordes, de la théorie du tout, et de choses semblables, quand j’ai commencé à étudier la science. Ces théories découlent de la croissance constante de notre ego, qui invente en permanence de nouvelles choses. Celui-ci se rapproche progressivement de la vérité, mais en même temps, reste égoïste et ne change pas intérieurement, qualitativement.

Par conséquent, la science en général et la physique en particulier, se trouve dans une impasse. Il n’y a plus de réel progrès. Il y a quelques domaines que nous n’avons pas dont nous n’avons pas encore révéler le secret, comme la génétique, par exemple. Cependant, là aussi, il s’agit plus de découvertes technologiques, que de la révélation de l’essence des phénomènes différents.

L’humanité est confrontée à une crise globale. Par conséquent, si nous ne révélons pas la deuxième force, la force de la Lumière, et que nous n’apprenons pas à travailler ensemble, rien ne nous aidera. Après tout, les scientifiques réalisent leurs expériences à un niveau très bas. Même s’ils provoquent une collision de particules élémentaires, ils n’étudieront jamais l’autre partie du système général, qui est la partie la plus importante, la partie qui gère tout.

J’aime aussi regarder les programmes scientifiques à la télévision, mais en règle générale, la science a atteint sa fin.

De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale 03/02/2012, «Préface au Livre du Zohar»

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: