Il est de la responsabilité de l’homme de reconstruire la société

Dr. Michael LaitmanParfois, dans sa vie passée, chaque personne a estimé qu’elle en avait eu assez, qu’elle  avait été piégée, qu’il était temps de faire une révolution:  de changer l’environnement et la société. Mais ce n’est pas la même chose cette fois-ci. Nous comprenons que nous avons besoin de tout changer, mais nous ne savons pas par où commencer. Nous ne savons pas les moyens ou le but, nous sommes complètement impuissants.

Donc, nous commençons notre première conversation en discutant de ce que nous appelons l’évolution de la société humaine sur laquelle nous fondons le développement des nations, de la famille, de l’économie, des ménages, de l’éducation des enfants, de la culture, la technologie et la science.

Les gens ont vécu dans des sociétés pendant des centaines de milliers d’années. Au moins pendant les dix derniers milliers d’années, l’homme a vécu une vie sociale parce qu’il n’était pas en mesure de fournir de lui-même tout ce dont il avait besoin. Nous ne pouvons pas vivre dans de petites tribus, comme les animaux. Même si nous sommes venus du niveau animal, notre nature nous pousse vers le développement personnel, le développement de notre environnement, l’apprentissage de la vie et les moyens de l’améliorer.

C’est l’aspiration intérieure d’une personne ; c’est une nature égoïste, car tout le monde veut une vie meilleure pour soi-même, une vie plus confiante et paisible. Tout le monde veut avoir plus de succès que  les autres. La jalousie, la luxure, et l’ambition mènent les gens, et nous voyons que ces qualités ont évolué et se sont épanouies dans des cultures très anciennes. Ils nous poussent à nous développer.

C’est pourquoi une personne a besoin de vivre dans une communauté. Elle aurait pu survivre dans les bois, mais elle serait restée comme un animal, comme tous les autres animaux. Nous connaissons des cas où les enfants ont été perdus dans les bois et ont grandi comme des animaux. Les animaux les ont adoptés, et l’humain a pris la forme d’un animal à un degré tel qu’il n’est plus en mesure de revenir à une société humaine, dans la mesure où il perd sa forme humaine.

C’est pourquoi tout au long de toutes les générations, notre développement a été dirigé vers la société et l’environnement. Et plus on se développe, plus nous voyons que l’homme lui-même ne change pas beaucoup. Les changements majeurs se produisent dans la société, et tout le développement en dépend.

La personne développe la société, et sa vie personnelle change à travers la société. On dépend l’une de l’autre. Aujourd’hui, je dépends de milliers de personnes à travers le monde, parce que si nous devions regarder ce que je porte, ce que je mange, ce avec quoi ma maison est faite, de quoi dépend mon chauffage, ma climatisation, et mon travail, nous ne serions pas en mesure de trouver un seul pays, qui n’a pas participé à me  fournir tout ce que j’ai.

Et quand cela ne se fait pas directement, cela passe par plusieurs autres pays: un pays fournit des matériaux, un autre des pièces de machines, ceux qui produisent certains biens, qui sont à leur tour utilisés pour fabriquer mes vêtements, par exemple. Des études montrent que tout le monde dans le monde dépend de tout le monde.

Et plus le monde plonge dans la spécialisation où le travail de tout le monde est connecté et en harmonie avec toutes les autres personnes, plus nous pouvons fournir pour nous-mêmes  de biens supplémentaires, des biens qui n’étaient pas disponibles dans le passé.

Dans les siècles passés, une personne se fournissait à elle-même un peu de pain, du vinaigre, du vin et de la viande et c’est tout. Ensuite, il y a  eu un peu plus de nourriture, plus de vêtements, des chaussures, et de nombreuses différentes industries. Puis il y a eu des voitures. Et avec cela, des experts se sont développés en économie, agriculture, ingénierie, etc. La culture, la littérature, la musique et les chansons se sont développées.

Des industries entières sont apparues autour d’une personne, des choses pas même nécessaires à la survie, mais dont elle ne peut pas se passer pour vivre. Un musicien monte sur scène et donne un concert devant un millier de personnes qui paient plus pour un spectacle que le salaire mensuel d’un ouvrier, ou peut-être même une année de travail très dur. En d’autres termes, nous apprécions les choses qui ne sont pas essentiels pour nous: le sport, le tourisme.

Si nous devions examiner la façon dont beaucoup de ce que nous produisons sont en fait des nécessités, nous découvririons que près de 90% ne sont pas nécessaires. Mais nous  sommes encore portés à avoir besoin d’eux sorte de. Nous pensons qu’elles appartiennent à l’échelle humaine, et c’est pourquoi nous en avons besoin.

Bien sûr, je pourrais aussi survivre dans une grotte si je n’avais pas d’autre choix, mais l’évolution m’oblige à produire toutes ces choses.

Nous avons atteint un état où les gens qui rompent avec la société seront obligés de vivre une vie très maigre. Le plus que quelqu’un sera en mesure de se fournir pour lui-même ce sont les nécessités basiques, juste pour ne pas mourir de faim. Mais s’il souhaite recevoir tout ce qui vient avec la civilisation, il doit rejoindre la société, produire les biens dont il a besoin, puis il recevra ce qu’il veut de la société dans la mesure où c’est possible.

Donc, nous dépendons principalement de ​​la société. Cela est inévitable. Alors, où sommes-nous mal allés dans cette société si nous sommes maintenant incapables de vivre en elle normalement et que rencontrons des crises dans cette société et  dans nos vies ? Cette crise ne se sent pas bien; ce n’est pas encore la naissance réelle, mais les douleurs de l’accouchement qui le précèdent, et c’est pourquoi nous voulons comprendre ce qui est faux 

De KabTV «Une nouvelle vie »  Episode 1, 27/12/2011

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed