La connexion est rompue entre les générations

Dr. Michael LaitmanJadis nous pensions que le développement humain égoïste pouvait être infini, que nous continuerions à inventer de nouvelles machines merveilleuses, que chaque personne aurait son propre avion, et que nous aurions des moyens sans précédent pour nous connecter. Mais finalement, la personne qui consomme toutes ces choses découvre soudainement qu’elle n’en veut plus ; à quoi tout cela sert-il ? Elle ressent, dans tout cela, le vide et le manque de satisfaction.

Pourquoi ne pas cela ne lui apporte-t-il pas de satisfaction ? Le problème est que tout le développement passe par des désirs, qui sont sans cesse croissants. Et soudainement, ils cessent de croître ! Au contraire, nous ressentons finalement que de nombreux désirs reculent.

Autrefois, une personne voulait avoir une grande famille, la plus grande était le mieux, de nombreux enfants, et même beaucoup d’épouses. Puis cela devint inutile ; une femme et deux enfants furent suffisants, même un enfant fut suffisant. Et aujourd’hui, elle n’en veut même plus. La vie devient tellement difficile et compliquée que, dans les pays développés, les gens ne veulent pas quitter la maison de leurs parents jusqu’à ce qu’ils aient 30-40 ans.

Une personne travaille et dépense tout son argent pour lui-même, pourquoi aurait-il besoin d’une femme et d’enfants ? Il peut voyager, se reposer, s’amuser, et se sentir libre. Sa mère prend soin de lui et il est heureux.

Nous avons construit une société avec une infrastructure si développée, que nous pouvons acheter des aliments préparés dans les supermarchés, il suffit de le chauffer aux micro-ondes et le dîner est prêt. Il n’est pas nécessaire de partager un appartement avec quelqu’un ; une personne peut avoir son propre appartement et se sentir libre. Et une fois vieux, je serai admis dans une pension, j’ai une assurance médicale, des soins hospitaliers, et une parcelle de terrain au cimetière ; que me reste-t-il d’autre ? Valait-il la peine de passer toute ma vie à travailler durement ?

Notre ego est devenu si énorme que nous nous sentons incapables de nous connecter aux autres, d’investir notre énergie pour eux, de prendre soin d’eux, afin que, plus tard, ils prennent soin de nous. Je ne me sens pas capable de me connecter autant avec quiconque.

Ou, nous avons la chance de nous unir dans des conditions mutuellement avantageuses, alors ma femme et moi vivons comme deux amis, deux partenaires. Notre vie ressemble plus à deux personnes vivant ensemble, qu’à une vraie famille, comme il y en avait autrefois. Je travaille, et elle travaille. Elle fait pour la maison, et je fais aussi quelque chose. Elle paie et je paie.

Nous participons à tout de manière équitable. Ce n’est pas le genre de famille où le mari était autrefois le maître, le chef du ménage, qui travaillait et entretenait la femme, qui élevait les enfants à la maison. Maintenant, les deux quittent la maison plus tôt, déposent les enfants à la garderie ou au jardin d’enfants, rentrent à la maison le soir, et ramassent les enfants. Et combien de temps ils ont laissé à la maison ? Ils ne se voient presque plus. Il regarde un peu la télévision ou sont devant l’ordinateur, elle essuie rapidement un peu la poussière, lave la vaisselle, jette le linge dans la machine à laver, et c’est tout, la journée est finie.

Maintenant, ils sont complètement égaux, non plus comme autrefois lorsque l’un était plus élevé que l’autre, lorsqu’il y avait un chef de famille, un maître. En d’autres termes, la famille a perdu sa structure initiale et est devenue un simple partenariat. Et si ce n’est rien d’autre qu’un contrat de partenariat, j’essaierai toujours de voir s’il me profite. J’accepte l’union, que si elle m’est bénéfique, et je la laisse si elle ne l’est plus. C’est pourquoi les gens divorcent et ne veulent même plus former de telles unions.

C’est un fait. Et nous en étudions les causes. Notre ego a tellement grandi qu’il nous dit que nous ne devrions pas entrer dans ce genre de partenariats appelés mariage.

L’ego d’une personne provoqua en elle, qu’elle arrête de ressentir que ses enfants sont proches d’elle, comme des parties de sa propre âme. Les enfants ont leurs propres vies ; ils étudient dans des endroits très loin de nous. La différence entre les générations est devenue si énorme que les enfants sont de plus en plus complètement séparés de leurs parents. Ils ont une éducation différente, des intérêts différents, et ils sont si loin de moi, que je peux à peine comprendre ce dont ils parlent, ce qu’ils font, et ce qui est important pour eux.

Le lien entre les générations a été rompu. Alors, pourquoi aurais-je même besoin de ces enfants ? Quel plaisir y a-t-il d’en avoir ? Ils veulent juste que je leur donne de l’argent et être tranquille. Nous en profitons encore pendant qu’ils sont petits. Mais nous perdons tout lien avec eux, dès qu’ils atteignent douze ans.

Au bon vieux temps, une personne élevait ses enfants, puis attendait d’avoir leurs petits-enfants et contribuait à les élever ; il profitait de tous. Mais je n’ai pas cela aujourd’hui, car mes enfants ne veulent pas se marier et me donner de petits-enfants.

Une personne ne fait pas ces calculs consciemment, mais son manque de désir d’avoir une famille se produit naturellement, dû à notre égoïsme développé.

Nous nous sommes développés démographique de manière très rapide et exponentielle, puis, tout à coup, notre développement a commencé à s’égaliser. Les spécialistes démographiques, qui font des pronostics pour le développement humain, prédisent que le nombre de personnes dans le monde diminuera très fortement, à court terme. Jusqu’à présent, la population continue d’augmenter en raison d’un certain nombre de régions, surtout dans les pays arabes, où il existe encore de fortes traditions et des règles religieuses concernant le développement et où ils ont beaucoup d’enfants.

Mais dans les pays arabes développés, les gens ont maintenant 2-3 enfants au lieu de 10-15 enfants, comme avant. Ainsi, nous voyons qu’ils rattrapent rapidement le reste du monde.

De KabTV «Une nouvelle vie » Episode 1, 27/12/11

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed