Devrait-on supporter la douleur ?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Supposons que pendant le temps de notre interaction où  nous chantons, qu’après avoir mis nos mains sur les épaules les uns des autres, que quelqu’un  me serre accidentellement l’épaule jusqu’à la douleur. Puis-je dire à cette personne qu’elle me fait mal? Ou dois-je le supporter et travailler avec cette douleur?

Réponse: Dans cet exemple précis, je dirais que vous devez endurer.

Je dois comprendre que cette personne s’exprime de cette manière. Je dois m’élever au-dessus mon sentiment de sorte que ma relation de sympathie à son égard se traduise par la neutralisation de la douleur.

Nous savons que tous ces éléments sont des perceptions, et je n’aurais pas ressenti de la douleur, si une personne proche de moi me faisait cela, pour la sauver. N’est-ce pas? Je n’aurais pas ressenti de la douleur alors. J’en comprendrais la nécessité et cela permettrait de neutraliser la douleur, ce qui signifie que le but aurait justifié les moyens.

Voilà comment on doit en arriver là. Cependant, puisque nous parlons toujours des niveaux de notre développement, alors dans le processus d’interaction, peut-être, est-il possible de parler en quelque sorte de ses sentiments.

Mais en général alors que les gens se développent,  ils arrivent à un tel état, quand une relation, même extérieure, est perçue correctement par eux. 

D’une «Discussion sur l’éducation intégrale» N°10, 16/12/2011

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article suivant: