Comment une femme peut-elle goûter au miracle de l’unité?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Nous avons observé les phases psychologiques de fractionnement et d’intégration et avons remarqué que les hommes parviennent à atteindre l’intégration et les femmes ne le font généralement pas. Est-ce en quelque sorte lié à des lois dont vous parlez?

Réponse: Bien sûr. Nous avons déjà discuté des caractéristiques des groupes d’hommes et des groupes de femmes. Le groupe des femmes se concentre sur les hommes du groupe, et existe autour de lui sous  forme d’aide, de soutien, comme la partie qui oblige les hommes à avancer vers l’unité. Puis l’unité que les hommes atteignent s’élargit également à la partie des femmes.

C’est pourquoi le travail dans un groupe de femmes est complètement différent. Il est apparemment dirigé vers la partie externe, le groupe des hommes. Et les femmes se connectent entre elles seulement pour l’influencer. Il est préférable qu’elles comprennent l’efficacité de leur travail en commun, dont le but est d’influencer le groupe des hommes.

Mais c’est un problème assez compliqué et il ne peut pas être résolu très rapidement. Ce n’est qu’après de nombreux événements spéciaux, lorsque les femmes commenceront à goûter l’unité, que le groupe des hommes aura atteint et qui émanera d’eux, alors seulement elles seront prêtes en quelque sorte à s’unir afin d’amener à la montée suivante des hommes et de recevoir un peu de carburant de leur part. Elles développent ce besoin essentiel. Il n’est pas corporel ou inhérent, il découle du niveau intégral.

C’est pourquoi, sous l’influence de l’unité du groupe des hommes, une nouvelle demande pour l’unité se pose chez les femmes, même pour l’unité entre elles. En d’autres termes, le vide-le désir de s’unir, apparaît en elles. Tout d’abord, elles commencent à sentir leur participation personnelle à cette unité, et chacune d’elles reçoit son propre épanouissement à partir du groupe des hommes. Et ensuite, plus elles se connectent, plus elles s’élèvent au-dessus de leur essence féminine et deviennent capables de s’unir entre elles dans le cadre d’une seule partie féminine, une seule image féminine.

Peut-être que j’exprime mes pensées de façon un peu compliquée parce que ce sont des degrés très avancées qui ne sont pas adaptés pour les groupes  de débutants. Tout cela se manifeste mieux dans la pratique. Pour cette raison, cela ne devrait  en théorie pas être discuté avec les femmes puisque cela est contraire à leur nature et ne fait que les  opposer.

D’une «Discussion sur l’éducation intégrale» N°11, 16/12/2011

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed