Comment « tisser » un être créé

Dr. Michael LaitmanMême pour exister dans la corporéité nous avons besoin de la Lumière: un éclairage léger (Kista de Hayouta), la plus petite étincelle de la Lumière qui a percé à travers la spiritualité ayant pour résultat le Big Bang et a créé toute la matière dans notre monde, qui est effectivement imaginaire et n’existe que dans notre perception. Mais ce n’était que le début, et le reste de notre évolution est dans la construction de la vraie question, ce qui signifie le désir. La matière que nous voyons en face de nous est éphémère et n’existe pas. Les physiciens ont aussi découvert récemment que la question de ce monde n’existe pas, qu’il ne s’agit pas de particules, mais du champ énergétique de forces, qui montre le déplacement des particules vers ces forces.

Afin de découvrir la vraie question, le grand désir de recevoir sous toutes ses différentes formes, nous avons besoin de la Lumière qui a créé, fait, engendré, toutes ces formes de la matière en quatre phases de HaVaYaH (Youd-Hey-Vav-Hey), ou dans les mondes d’ Atsilout, Béria, Yetsira, et Assiya, qui découlent du monde d’Adam Kadmon. C’est ce qu’on appelle « la moitié inférieure de Keter, » tout le monde de l’Infini est «la moitié supérieure de Keter. »

Nous commençons à progresser dans la spiritualité si nous recevons la Lumière supérieure qui développe la matière. Afin d’accélérer le développement de notre question, le désir de recevoir, la sagesse de la Kabbale nous a été donnée, ce qui nous aide consciemment à effectuer différentes actions, au lieu d’attendre de nombreuses étapes de notre développement afin d’avancer, et ensuite seulement commencer à comprendre ce qui se passe. Même si nous ne le comprenons pas jusqu’à la fin. Est-ce qu’une personne à la fin de sa vie, comprend une grande partie de tout ce qu’elle a vécu? Après tout, elle ne comprend pas les raisons pour lesquelles les différents événements, la connexion entre eux, ou la profondeur de la création. Rien ne lui est révélé, et sa vie passe à côté.

Nous, cependant, nous pouvons avancer dans la vie en nous mettant en mouvement par nous-mêmes, quand nous comprenons ce qui se passe pour nous si bien que nous puissions vérifier et nous changer et mettre ensemble les pièces de cette création. Alors, nous serons en mesure de voir et d’étudier, en mettant les choses ensemble de différentes façons comment nous pouvons obtenir des résultats différents et par là apprendre. Nous acquérons la connaissance supérieure spirituelle dans l’esprit (Daat) de notre Partsouf, qui nous est progressivement révélé. C’est ce qu’on appelle « la Lumière de Hassadim dans l’illumination de Hokhma. » Ainsi, de bas en haut, nous commençons à l’atteindre et par cela tout devient réel, et devenons des scientifiques qui composent la création à partir de toutes ces particules.

Où pouvons-nous obtenir l’esprit, le sentiment, les discernements et les intentions de façon à réaliser cela? De la simple Lumière supérieure qui descend sur nous. Alors, nous commençons à développer. Nous ne savons pas ce qui nous manque, dans quelles directions notre esprit et les sentiments doivent se développer, et de quelle manière notre cerveau et le cœur devraient coopérer afin de «tisser» le bon récipient pour nous.

Espérons que par la lecture du Zohar nous serons en mesure d’attirer cette Lumière générale, et cela nous préparera à la compréhension et au sentiment, par lesquels nous serons en mesure de participer à la création des récipients. Il est dit que «le Créateur crée les mondes et les détruit, et les justes corrigent ces mondes, » travaillant avec Lui comme des partenaires.

De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 11/03/2012, Le Zohar

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed