Pourquoi étudier le passé?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Le cours de l’évolution de l’égoïsme humain peut être étudié à travers l’exemple des quatre phases du développement de la nature. Devrions-nous étudier d’autres sujets, dans ce contexte évolutif?

Réponse: Non, du point de vue du développement de l’égoïsme, l’évolution et l’histoire sont des formes historiques qui s’accumulent progressivement et changent grâce à l’égoïsme, et le font soudainement, par un saut. Tout type d’activité sociale, les interrelations, l’ingénierie ou la technologie sont remplacés en quelques années ou décennies par d’autres types, car l’un oblige l’autre.

Les relations sociales changent, et donc la poste, le télégraphe, le téléphone, les notaires, l’interaction parlementaire, et ainsi de suite émergent. C’est-à-dire que tout change sur l’ensemble du niveau, sur toute la dimension des relations humaines.

Nous ne sommes pas simplement en train d’étudier l’histoire, mais le développement social, politique, économique, public et technologique, ainsi que des instruments de travail et de production, et l’agriculture. C’est parce que l’agriculture détermine les migrations, qui détermine la démographie, qui détermine quelque chose d’autre. Tout est dans tout, tout est tellement interconnecté!

Sont aussi liés à cela l’âge glaciaire, l’âge glaciaire mineur, la période de végétation, et ainsi de suite. Nous  y connectons l’écologie, y compris le climat. Nous voyons que tout ceci est un seul système dans son ensemble.

Question: Pourquoi avons-nous besoin de se ressentir ces phases?

Réponse: Si l’on ne sait pas ce qui s’est passé hier, demain on ne peut pas penser correctement. Il faut voir l’ensemble du système énorme qui a toujours été en mouvement et qui nous a amenés à notre état ​​d’aujourd’hui. Bien qu’il continue à faire progresser nos états inanimé, végétal et animal, il nous laisse le quatrième niveau de développement en tant que  libre arbitre, parce que nous devons le compléter nous-mêmes.

Il s’avère que l’on peut faire quelques rapprochements déjà et voir que nous allons aller de l’avant. Toutefois, si l’on n’ajoute pas sa participation personnelle en exerçant son libre arbitre, en interagissant avec les autres correctement, et en se restructurant volontairement soi-même et la société à l’avance avant de recevoir des coups par derrière, alors ses composants inanimés, végétaux, et animaux nous poussent vers l’avant durement et ajoutent  en nous les actions correspondantes. Cela peut être de terribles maladies, des tremblements de terre, des bouleversements  révolutionnaires, et ainsi de suite.

Nous n’avons pas une vision claire de ce processus car le matériel empirique nécessaire n’a pas encore été accumulé. Cependant, nous pouvons faire une approximation sur les types de coups que nous allons expérimenter, qui nous poussent par derrière, « vers le bonheur par le bâton», pour ainsi dire, si nous ne le prévenons pas par le biais de notre union, avec la participation mutuelle et l’aspiration vers l’harmonie et l’unité.

C’est pourquoi il est très important d’étudier le passé. 

D’une  «Discussion sur l’éducation intégrale» N°12, 16/12/2011

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed