De quoi devrions parler au congrès ?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Nous voyons beaucoup de visages lors du congrès, beaucoup de nouvelles personnes. De quoi devrions nous parler ou pas ?

Réponse: Qu’est-ce que tu veux dire « beaucoup de visages, de nombreuses personnes nouvelles »? Est-ce que je m’intéresse vraiment à quoi ressemble une personne, ou si il ou elle est jeune ou âgé ?

L’âme n’a pas d’âge. L’âme n’a pas de forme. L’âme est la propriété du don sans réserve. Ainsi, je ne regarde pas autre chose! C’est pourquoi je ne remarque ni ne me souviens des gens, je ne me souviens pas de leurs noms car je suis intéressé seulement par leur champ interne qu’ils font résonner autour, qu’ils émanent, mais pas par leurs apparences ni par leurs  noms. Quelle est la différence?

Question: Dans le but de générer ce champ, de quoi devrions nous parler ou pas ?

Réponse: Vous ne devriez parler que de l’objectif, que du sujet du congrès, que sur le maintien de la grandeur de l’objectif, que sur le positif, et en aucune façon sur le négatif, c’est ce que le Rabash écrit dans ses articles.

Un congrès n’est pas le lieu pour faire des calculs. Nous faisons tout cela avant le congrès-prenez exemple sur moi.

Ça y est: le congrès est en train de commencer, et nous mettons de côté tous les problèmes ;  ceci est du passé, et nous devrions nous élever au-dessus maintenant. Toutes nos qualités négatives, nos propriétés, nos connexions, et contradictions entre nous, tout cela est laissé en-dessous. Maintenant, nous nous élevons au-dessus de cela et  nous ne parlons que de l’union, de la nécessité, sur ce que nous réalisons en vertu de l’unité, sur la façon dont il est impossible de l’atteindre d’une autre manière, sur la façon dont nous ne pouvons pas l’atteindre nous-mêmes, et donc nous avons besoin de la Lumière supérieure.

Tout notre travail est précisément dans le but de nous rendre compte que nous ne pouvons rien réaliser par nous-mêmes. Mais c’est après avoir effectué un certain nombre d’efforts conjoints et avoir vu que nous ne sommes pas en mesure de le faire. Et puis la force supérieure sera révélée dans cette immense frustration et le désir immense, et elle effectuera la correction sur nous, révélant le Créateur en nous. 

Question: Que dois-je faire si lors d’un atelier il y a un ami qui soit parle trop ou ne parle pas du tout? Comment puis-je me comporter correctement envers cela ?

Réponse: S’il ne parle pas, essayez de l’encourager, de l’embrasser, ou de l’impliquer dans une conversation de sorte qu’il participe à une discussion d’une certaine manière, qu’il «casse» l’absence de contact, et établisse une sorte de contact .

Si un ami parle beaucoup, il est nécessaire de le limiter car tout le monde devrait prendre la parole, c’est-à-dire, qu’un nombre maximum de personnes devraient pouvoir parler pendant 2-3 minutes. On peut dire une ou deux phrases, mais elles devraient être définies à l’avance. On les « tire », et le microphone est donné à la personne suivante.

 D’une conférence sur la  Journée de l’Unité dans le monde, « Préparation du Congrès », 22/04/2012

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: