En équilibre sur le chemin de l’amour

Dr. Michael LaitmanNotre tâche est de créer un système intégré entre nous tous. Cela signifie que nous devons rester dans un « emballage» adapté, c’est-à-dire dans le bon environnement qui nous entraine. C’est de cette façon qu’un homme véritable doit être élevé. Nous parlons d’un homme qui a atteint le niveau du développement humain. Ce type de personne a évolué à partir d’un « homme sauvage  des cavernes ». Pourtant, en ce moment, nous nous comportons  encore les uns envers les autres comme  des gens «primordiaux».

Grâce à de bonnes relations, à la compassion, la réciprocité et le don mutuel sans réserve nous mettons en œuvre les deux types de comportement suivants:

1.    Entretien de relations à un niveau humain, sur notre plan matériel, et

2.    Interaction bienveillante avec la nature et la  loi commune du don mutuel sans réserve et de l’amour.

Nous passons par le processus qui a été construit par la Nature et qui provient de la force commune. Par conséquent, nous obtenons le soutien et l’approbation par les facteurs suivants:

1.    Les bonnes relations au sein de la société humaine, et

2.    L’équilibre avec la nature.

Les deux directions sont efficaces.

À ce stade, des erreurs et des déséquilibres sont tout à fait possibles. La chose principale est de conserver une stabilité entre nous et la nature. Par exemple, les militants des partis écologiques ne se soucient que de la flore et de la faune, et comme nous le voyons, ils ne parviennent pas à préserver la nature. Il est impossible de garder la nature dans un bon état sans d’abord établir des relations adéquates à l’échelle humaine; ces deux processus sont en symbiose. Quand les gens progressent et s’améliorent, ils influencent positivement tout autour d’eux. Ils commencent à défendre la nature inanimée, végétale, et animale et limitent leur consommation en utilisant seulement les ressources qui permettent à l’humanité de se nourrir sans dépasser la limite. En retour, la nature va retrouver son équilibre. Nous finirons par constater que tout ce que nous avons ruiné précédemment en détruisant des éléments de la nature va progressivement se relancer et s’harmoniser.

En résumé, si nous avions à choisir entre deux directions, l’humanité et la nature, et à décider par où commencer, nous devons considérer le facteur humain avant toute autre chose. Pour commencer, nous devons fournir le bon type d’éducation et de formation ;  ce n’est qu’alors que nous pourrons passer de « aimer notre prochain» à « aimer la Nature ». C’est le vecteur correct de notre développement.

Toutefois, le stade des « relations humaines » exige la compréhension approfondie qu’à la fin nous aurons à atteindre l’équilibre avec la loi universelle de la nature, c’est-à-dire, avec le processus général d’évolution dans son ensemble. Après avoir défini nos préférences entre les deux facteurs et choisi l’un d’eux, nous devrions toujours garder à l’esprit qu’il est essentiel de les considérer tous les deux à la fois dans nos calculs.

C’est ainsi que nous construisons un schéma pour le processus: d’abord, nous atteignons l’amour envers les humains, et par la suite, nous tendons la main à l’amour universel qui est inhérent à la nature. C’est la façon de compléter notre correction personnelle.

 De KabTV « une nouvelle vie » Episode 11, 09/01/2012

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed