Qui est plus grand ou qui est meilleur?

Dr. Michael LaitmanOpinion (Michelle M. Duguid, Université de Washington, et Jack A. Goncalo, Université de Cornell): «L’idée de hauteur est une métaphore souvent utilisée pour le pouvoir: les personnes puissantes se sentent comme étant les plus grands hommes du campus» et «les gens les admirent. » Les psychologues du développement ont suggéré qu’une association métaphorique entre la puissance et la hauteur peut prendre racine très tôt, par exemple, les enfants sont confrontés à des parents plus élevés, qui ont un pouvoir sur eux et au cours de l’adolescence, les enfants plus grands utilisent leur force pour contraindre physiquement les enfants plus jeunes.

 

Cette association continue de se renforcer, dans le fait que les personnes de grande taille gagnent des salaires plus élevés et sont plus susceptibles d’être trouvés dans les professions de niveau supérieur en tant que leaders et de remporter les élections présidentielles.

 

«Ce courant de recherche suggère que les percepteurs sociaux voient les grands comme étant plus puissants que leurs pairs plus petits. Par exemple, quand les gens se développent pour occuper plus d’espace, les observateurs estiment qu’ils sont dominants, alors que quand ils se restreignent, ils sont perçus par les autres comme des personnes soumises. …

 

« En somme, il existe des preuves solides d’une association positive bien inculquée entre la puissance et la hauteur. Une prédiction évidente basée sur cette recherche est que des observateurs pourraient utiliser la hauteur d’une cible pour en déduire son pouvoir ; ce n’est pas une hypothèse déraisonnable compte tenu de la forte corrélation entre la hauteur et la puissance dans les milieux naturalistes ».

« Ici, nous considérons une implication plus contre-intuitive de l’association entre la puissance et la hauteur ; c’est-à-dire que l’expérience psychologique de la puissance peut amener les personnes à se ressentir comme plus grand que ne l’indiquerait vraiment leur taille objective. »

Mon commentaire : Dans notre monde égoïste, tout se mesure quantitativement, la mesure de l’égoïsme étant «combien vous recevez » (taille, poids, distance, temps, salaire, etc), tandis que dans le monde spirituel altruiste, tout se mesure qualitativement – selon la mesure du désir de donner. La différence est que la réception dans notre monde se trouve dans le désir de la personne elle-même, tandis que dans le monde spirituel, elle se trouve dans les désirs des autres. En conséquence, il n’y a pas de sensations terrestres dans le monde d’en haut, et c’est pourquoi le sentiment de la « disparition progressive du corps » est atteinte là-bas.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed