Des souffrances inutiles

Dr. Michael LaitmanCertaines personnes pensent que le Créateur peut être atteint en se torturant soi-même, en se faisant souffrir. Mais le Créateur n’a pas besoin de nos souffrances. Il ne nous les fait pas parvenir. Nous les ressentons parce que, selon la nature de la création, la Lumière et le désir sont à l’opposé l’un de l’autre. Et en révélant cette opposition, une personne doit se rendre compte que ce sentiment est donné dans le seul but qu’elle s’élève au-dessus. C’est seulement un signe qui nous permet de sentir l’opposition et la séparation du Créateur.

Tout d’abord, nous devrions être reconnaissants d’obtenir un tel signe, et nous éloigner de ce sentiment amer dès que possible. Après tout, volontairement ou non, consciemment ou inconsciemment, à travers cette sensation désagréable, nous blâmons  le Créateur, la source de tout ce qui se passe pour nous. Et c’est ainsi que je me trouve à l’opposé et séparé de Lui, et c’est ce qu’on appelle un pécheur.

Nous devons nous efforcer seulement vers  de plus légers sentiments, vers le rapprochement  du Créateur. La recherche d’une personne pour la souffrance vient de sa fierté. Après tout, elle pense qu’elle est censée être récompensée, payée, et élevée pour ses souffrances. Cela vient d’un malentendu sur l’ensemble du système de la réalité.

Le Créateur est appelé le bien qui fait du bien, et Il  souhaite nous fait du bien ainsi. Le but de la création est de recevoir du plaisir, et le Créateur a créé les créatures afin de les enchanter. Et si vous sentez quelque chose de désagréable à un certain moment, vous devez utiliser ce sentiment pour avancer et justifier le Créateur en restant dans un état absolument bon.

Nous ne pouvons pas embrasser et aimer le bâton qui nous bat ; c’est une tromperie et une hypocrisie. Si une personne travaille correctement, elle s’élève à l’aide de l’environnement et d’une nouvelle échelle de valeurs, car elle apprécie la qualité du don sans réserve de plus en plus à chaque fois. Elle les utilise à chaque instant, quand il y a une possibilité de s’élever, elle  voit qu’elle n’a pas encore atteint la sensation pleine de perfection, elle est emprisonnée dans le don sans réserve du Créateur qui est absolument bon. Elle ne se calme pas un instant tant que son objectif est de donner du plaisir au Père sans se soucier de ses propres sensations agréables et désagréables. Elle continue à avancer en utilisant ses impressions bonnes ou mauvaises pour savoir ce qui pourrait être amélioré pour atteindre le don sans réserve.

Donc, la personne continue de se déplacer, s’élevant au-dessus de l’obscurité et du malaise à chaque fois que cela se produit. Après tout, cela souligne son éloignement et le manque d’adhésion avec le Créateur. Ainsi, il est reconnaissant pour toutes ces découvertes ; ce sont des pécheurs qui sont révélés en lui, qu’il peut surmonter et au-dessus desquels il s’élève vers l’adhésion avec le Créateur.

Et puis, tout ce mal révélé deviendra une bénédiction, un cadeau pour elle. Elle  accueillera l’obscurité avec joie par elle -même en s’y préparant  à l’avance dans un environnement approprié. A chaque instant, l’obscurité se révèle dans ses sens et son esprit, elle va chercher quelque chose qui n’est pas corrigé.

Elle ne regarde pas à la souffrance, elle cherche des détails obscurs dans sa perception afin de les corriger. Après tout, elle se prépare à être corrigée à l’avance et elle ne souffre pas en vain, ce qui est tout simplement absurde.

Voici un calcul tout à fait différent à l’égard de tous les événements qui arrivent à un homme dans le monde. Il voit tout comme un moyen en vue de s’élever au-dessus des perturbations et d’atteindre la fusion avec le Créateur. Cela signifie qu’il ne cesse de grimper la montagne du Créateur. Tout au long de son voyage, il se méfie de toute sensation désagréable qui dure plus de quelques instants, puis s’élève au-dessus d’elle en raison de sa haute importance. Après tout, une personne le considère comme un signe ou un tremplin pour l’élévation, la possibilité de justifier le Créateur, de  s’élever au-dessus de ce sentiment vers le don sans réserve. Et cela dépend de l’importance de l’objectif et de la grandeur du Créateur. Ensuite il va apprécier grandement  les moyens, qui se révèlent  à lui dans une forme opposée, négative, en lui donnant la possibilité de se construire.

De la  1 ere partie du cours quotidien de Kabbale du 11/06/2012, Écrits du Baal HaSoulam, « Lettre 8 »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed