Les étapes de la formation de l’esprit : Eveiller la vie dans une pierre

Dr. Michael LaitmanLa deuxième phase, Bina, est caractérisée par sa compréhension. Par conséquent, une personne qui l’a atteinte dans son développement commence à se rapporter différemment à ce qu’elle ressent. Même quand elle sent qu’elle est dans l’obscurité, quand elle se sent mal alors que son cœur se durcit, c’est comme si elle était dans un brouillard ou un nuage sombre, mais en même temps, elle commence à acquérir des pouvoirs afin de se détacher de ses sentiments et de les clarifier de manière indépendante.

Cela lui permet d’être d’accord avec ce que le Créateur lui fait et de justifier Ses actions, car le Créateur veut élever une personne au-dessus de son sentiment et la laisser voir de côté. C’est parce qu’elle est dans une situation difficile maintenant, qu’elle ressent de la souffrance, qu’elle peut la clarifier par l’esprit au-dessus de ses sentiments. Ainsi, elle peut accepter avec joie ce double état, puisque sur la base de cette attitude dualiste, elle peut créer un nouvel état, qui est plus élevé que l’état précédent, et plus élevé que son désir.

Ainsi, une personne atteint la deuxième phase (Bekhina Bet) au lieu de la première phase (Bekhina Aleph). Elle s’élève au niveau végétal et commence à se déplacer de façon autonome. Elle ne ressent pas simplement le bien et le mal, qui vont de pair, comme une pierre inerte qui ne peut pas répondre du tout, mais elle commence à déterminer par elle-même l’état dans lequel elle se trouve.

Elle justifie les actions, qui l’aident à la faire avancer, qui établissent une relation avec le Créateur, et qui déterminent le traitement du Créateur comme étant «bon et bienveillant» à chaque état, y compris les états dans lesquels nous nous sentons bien ou mal selon notre perception égoïste. Maintenant, elle est en contact avec le Créateur au-dessus de tous ces états.

Mais je veux continuer à me développer et veux atteindre un tel état de restriction au-dessus des ténèbres. Cela signifie que ce que je ressens dans mon désir de recevoir ne m’est pas important, cela n’affecte pas ce que je ressens pour le Créateur, la source. Je ne considère pas la Lumière comme un plaisir, comme dans la première phase qui ne ressent que le plaisir ou le manque de plaisir. Je donne sans compter à la lumière comme dans la phase deux, j’élève la Lumière réfléchie même encore plus haut, non pas à cause d’une bonne sensation, mais pour adhérer au Créateur au-dessus de cette sensation.

Cela signifie que je me joins au processus que la Lumière me fait traverser, par lequel Elle m’apprend à me connecter en permanence à Elle, à Ses plans, au-dessus du bien et du mal. Ainsi, j’adhère au Créateur au-dessus de mes sensations.

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 12/06/12, Shamati N ° 121

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed