Un état de bonheur

Dr. Michael LaitmanQuestion: Supposons que je travaille en cuisine, que j’épluche des légumes et ainsi de suite. Dois-je imaginer que je suis en train de servir le futur système intégral avant de commencer à travailler?

Réponse: Bien sûr. C’est une sorte d’entrainement intérieur. Je donne toute mon énergie pour le système intégral, et, en même temps, je sens que j’absorbe ce pouvoir général, et à travers lui, je commence à sentir le nouveau monde, rond.

Qui plus est, le monde devient partie intégrante, car je le ressens au -dessus du temps et du lieu, au-dessus des mesures linéaires, au-dessus des trois axes selon lesquels nous voyons le monde d’aujourd’hui. Je le sens d’une manière totalement différente, tout comme dans les films fantastiques qui décrivent la formation du temps et du lieu.

En fait, je commence à ressentir cela car le monde est un sentiment intérieur. Donc, je commence à le percevoir dans une autre dimension, dans la prochaine dimension. La nature nous pousse dans ce sens. Quand j’épluche cette pomme de terre, je pense que pendant que je fais cela, je me rapproche de l’image suivante du monde.

Cela peut ne pas paraître convaincant à quelqu’un et peut sembler loin du réel, mais si l’on étudie cette approche pratique dans le  groupe, alors en deux cours on sera capable de ressentir tout cela. Ensuite, il n’y aura pas de problèmes.

Si on est motivé, non corporellement, mais par l’adhésion à la société à partir de laquelle on peut s’élever grâce à son adhésion à elle et à la communication avec elle, alors tout le travail social deviendra une opportunité  pour soi, un état ​​heureux afin de s’élever. On va le voir comme sa plus grande récompense et le plus grand dédommagement  existant.

 D’une «Discussion sur l’éducation intégrale » 23/05/12

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed