Le monde entier est le visage du Créateur

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam, « Introduction au Livre du Zohar, » Point 33: Et vous devez savoir que tout le contentement de notre Créateur à partir du don sans réserve à ses créatures dépend de la mesure que les créatures Le ressentent -qu’Il est le donneur, et qu’il est celui qui les ravit. Car alors, il prend plaisir en eux, comme un père jouant avec son fils bien-aimé, dans la mesure où le fils ressent et reconnaît la grandeur et l’exaltation de son père, et son père lui montre tous les trésors qu’il a préparés pour lui.

Question: Pourquoi est-il si important pour les êtres créés de sentir que c’est le Créateur qui leur apporte du plaisir?

Réponse: Les êtres créés peuvent ressentir cela uniquement dans le fait qu’ ils soient en équivalence de forme. S’ils veulent ressentir le Créateur comme celui qui donne sans réserve, ils doivent comprendre ce que cela signifie, ils doivent être inclus dans le don sans réserve et doivent s’élever à cette hauteur. Ensuite, ils recevront ce plaisir, le même niveau d’existence et de puissance de la vitalité que le Créateur possède.

Question: Il y a l’exemple ici d’un père jouant avec son fils, voulant le considérer comme la source de tous les plaisirs. Cela semble être un acte très égoïste.

Réponse: Mais il peut y avoir un autre exemple d’une attitude similaire: Un père avait un fils non pas pour profiter de lui, mais dans le but de lui apporter la bonté. Le père fait tout en son pouvoir jusqu’à ce que le fils grandisse, afin de lui donner sans réserve. Et lorsque le fils grandit et reçoit tous les trésors du père, en comprenant et en ressentant toute une existence éternelle, il apporte le contentement à son père. Cela signifie que si le Créateur prend plaisir, c’est un signe que j’ai atteint la perfection. C’est ainsi que vous devriez le voir, que tout découle de Son amour.

Pour notre part, nous devons essayer de Lui apporter le contentement et apporter pleinement et infiniment le don sans réserve à la force supérieure. Nous recevons des déficiences de Lui, des désirs vides, et à partir de cela nous recevons les Lumières qui corrigent ces défauts en les transformant à partir du recevoir vers le don sans réserve. Ainsi, nous avançons en ressemblant au Créateur. C’est la seule façon juste et souhaitable par laquelle nous pouvons avancer. En conséquence nous ressentons la force de la vie spirituelle qui nous remplit, appelée Lumière.

Ce processus est décrit dans notre langue, dans le langage corporel, et il semble donc que le Créateur pleure et se sent désolé si nous n’agissons pas comme il se doit ou si nous ne gardons pas le rythme souhaité. Ainsi les Kabbalistes transmettent les réactions qui nous interpellent en Lui par nos actions indésirables. Cependant, si nous réussissons, ils disent qu’Il est heureux.

D’une manière ou d’une autre, «la Torah parle dans la langue de l’homme. » C’est là où l’exemple du père qui change volontairement son expression envers son fils, exprimant ainsi l’insatisfaction, le désir, ou le bonheur, vient afin de permettre au fils d’établir la connexion avec lui. Mais c’est seulement une expression, puisque le père lui-même interpelle les différents états et humeurs en son fils, et il est celui qui crée les circonstances qui accompagnent son enfance. L’enfant obéit à son père de façon interne et externe. Par conséquent, les différentes images apparaissent devant lui: il voit que son père est soit grave, soit riant, soit insatisfait, ou satisfait.

En général, tout mon monde intérieur et mon environnement sont tout le Créateur. A l’intérieur il est totalement dissimulé de moi, et à l’extérieur je peux attribuer le rôle principal à la fatalité et même à la force supérieure, même si je ne le vois pas encore. L’objectif est de comprendre où est la « coupure », la différence, où le soi même est ici.

Il dit: « il n’ya rien hormis Lui. » Le Créateur m’envoie- tout ce que je sens à l’intérieur; Il contrôle mes pensées et mes désirs et tout ce qui se passe pour moi, comment je le reçoit, et comment je réponds à ce qui se passe. Dans un rayon-X, je peux voir que je n’ai aucun contrôle sur quoi que ce soit, c’est Lui qui gère tout.

Alors que suis-je? « Je » est le point qui veut révéler le Créateur, c’est tout. C’est un point qui est en dehors du Créateur, le point de séparation, de la brisure, le point de mon «moi», ma base à partir de laquelle je dois découvrir le Créateur et Son unité.

De la 4e partie de la leçon quotidienne de Kabbale 11/07/12, « Introduction au Livre du Zohar»

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: