Altruisme: Pas plus de 10% ou le 100%

Dr. Michael LaitmanOpinion (De Slon.ru): » Rapport sur la proportion requise d’altruistes dans la société: un modèle d’étude » (l’Institut des problèmes de gestion de l’Académie des Sciences de Russie, Moscou).

«La prospérité de l’économie est basée sur les bonnes proportions d’altruistes et d’égoïstes. Si une société ne se composait que d’égoïstes, elle serait ruinée: les altruistes sont nécessaires non seulement pour des raisons morales ou philosophiques, mais aussi pour des raisons purement financières. Dans un environnement défavorable, une société d’égoïstes est insoutenable. Toutefois, un nombre d’altruistes supérieur à 10% parmi les égoïstes est également préjudiciable à la société. …

« Les chercheurs ont ensuite modifié les conditions de la simulation: Ils ont rendu plusieurs participants altruistes;« ils votaient toujours pour les suggestions augmentant le «capital» de la société dans son ensemble. Alors qu’il y avait quelques «altruistes», ils agissaient à leur propre détriment : leur «capital» diminua, même si en général le «capital de la société» progressât. Plus il y a « d’altruistes », mieux est la société dans son ensemble. L’intérêt de la société est à son maximum quand il n’y a que des altruistes. « …

« Les chercheurs ont ensuite compliqué le modèle et introduit un autre type d’altruisme – un soutien ayant pour cible les plus pauvres de la société, où les membres peuvent faire faillite. Résultat: Le nombre total de faillites fut atteint avec un minimum de 10% d’altruistes – philanthropes. Une augmentation supplémentaire d’ «altruistes» conduit à un état où ils ont besoin d’être protégés, et la croissance de cette exigence dépasse celle de la «protection», qu’ils sont à même de fournir. Si la société est trop axée sur «la protection des pauvres», elle s’appauvrit généralement encore plus.  »

Mon commentaire: C’est pourquoi un taux maximum de 10% d’altruistes (Voir Baal HaSoulam « La dernière génération») est nécessaire pour que la société égoïste prospère dans le monde jusqu’à ce qu’elle trouve, comme aujourd’hui, son état final et se tourne vers la méthode de correction intégrale lui permettant de parvenir à une société composée d’altruistes.

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: