A qui je veux faire plaisir?

Dr. Michael LaitmanSelon la sagesse de la Kabbale l’idéal est de « faire plaisir au Créateur. » Cela signifie que nous devons nous restreindre et recevoir la Lumière réfléchie, qui à son tour signifie être prêt à accepter Sa forme afin de lui apporter le contentement. C’est notre objectif, tous les éclaircissements et toutes nos actions visent à « Lui faire plaisir ».C’est la même chose dans notre monde quand on veut faire plaisir à quelqu’un j’accepte ses désirs comme les miens.

Mais dans l’ensemble, l’idéal dans notre monde est de «se vanter» devant les autres, en fonction de leurs valeurs, qu’il s’agisse de la richesse, du respect, du contrôle ou de la connaissance. Comment les gens veulent-ils atteindre le succès et la grandeur? Ils le font en ressentant que «je» suis important. Nous pouvons voir cela clairement dans la jeune génération qui grandit avec ses instincts naturels, à la recherche de valeurs. En découvrant tout ce qui est important pour les autres, le jeune aspirent à la réussite en fonction de l’échelle des valeurs que la société dicte.

Alors qui voulons-nous glorifier avant, l’environnement ou le Créateur? C’est la différence entre le monde et celui qui aspire à se corriger avec l’aide de la sagesse de la Kabbale. Nous voulons avancer et être compatible avec le Créateur, pour être égal à Lui, et par cela Lui apporter le contentement. La ressemblance n’est possible que grâce à Sa force. Nous devons effectuer les actions appropriées afin que Sa force nous influence et nous fasse lui ressembler.

Ce travail est appelé « la Torah et les commandements. » La Torah est la Lumière qui mène vers le Bien, ce qui signifie la Lumière qui nous corrige. En d’autres termes, nous voulons nous corriger et non pas le monde. C’est toute la différence entre ceux qui traitent avec la sagesse de la Kabbale et ceux qui s’occupent d’ autre méthode.

La sagesse de la Kabbale est la méthode pour la correction de l’homme. Une personne avances au niveau afin qu’il se corrige en devenant semblable au Créateur. C’est pourquoi il a besoin de la sagesse de la Kabbale, la sagesse de la Lumière. S’il n’a pas le but de l’auto-correction, il n’utilise pas la sagesse de la Kabbale, mais quelque chose d’autre.

C’est là que réside la grande différence entre l’ensemble des relations dans le monde et le travail des personnes ayant le «point dans le cœur» qui étudient et accomplissent la sagesse de la Kabbale. Pour eux, l’important est l’évolution constante interne. D’autres tentent d’améliorer leur vie en utilisant leur entourage. Il y a une très grande différence dans ce cas. Alors que le monde présente la «perception morale», nous avançons selon la méthode de la Torah, ce qui signifie selon la Lumière qui mène vers le Bien, ou en d’autres termes selon la méthode de la Kabbale.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 29/08/12, article «L’exil et la rédemption »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed