Les délices de la théologie

Dr. Michael LaitmanLe Baal HaSoulam, « Un servante qui hérite de sa maîtresse »: Les sages des nations du monde ont étudié tous les livres des enfants d’Israël et les ont transformés en délices afin de renforcer leur foi, ce qui signifie leur sagesse, appelée «théologie».

Nous voyons que toutes les religions ont des noms, des mots et des concepts de la sagesse de la Kabbale et elles l’utilisent pour le transformer en quelque chose qui est totalement à l’opposé de la Kabbale afin de prouver qu’elles ont raison. Comme si, en jouant avec les mots et les définitions, il est possible de changer ce monde. Aujourd’hui, cela est progressivement révélé, mais en attendant, à travers l’histoire cela a apporté de grandes destructions partout dans le monde et en particulier la destruction du peuple d’Israël.

Jusqu’à présent, toutes les religions ont été alimentées par la sagesse de la Kabbale, car sans elle, elles ne sauraient même pas comment appeler les différentes forces et resteraient au niveau de la mythologie grecque. En volant la description du système spirituel de la sagesse de la Kabbale, elles faisaient semblant de comprendre sa structure et ainsi elles progressaient de façon très forte et trompaient des milliards de personnes gens qui étaient attirées par cela. Bien sûr, cela est devenu un grand inconvénient dans la correction du monde.

Mais d’un autre côté, le vice et la corruption nous emmène plus profondément sur la question de la création et par cela nous ressentons plus clairement l’opposition entre les deux forces: la force du mal par rapport à la force du bien. Ce chemin est effectivement nécessaire. Il n’y a aucune bonté sans mal, et il n’y a pas de mal sans bien.

De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 02/09/12, «Une servante qui hérite de sa maîtresse »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: