Déconnexion

congrès, groupeNotre congrès commence, et nous nous occupons uniquement de la connexion, uniquement de l’unité. A partir de ce moment jusqu’à la fin de la convention, nous ne nous souviendrons de rien d’autre et ne parlerons pas un mot sur ​​le monde extérieur. Nous nous concentrons uniquement sur nous-mêmes et sur ​​nos amis où qu’ils soient.

Ne parlez pas et ne pensez pas à ce qui se passe dans le monde. Après tout, si une personne se corrige elle-même par la connexion, les mondes de BYA (Briya/Yétsira/Assiya ndt) seront équilibrés et les forces équilibrées conduiront toute la nature. Si nous Bnei Baruch nous corrigeons, l’affluence va certainement couler de nous à tout le monde, elle s’écoulera vers les canaux qui nous relient avec le monde entier.

Le Baal HaSoulam écrit à ce sujet dans l’Introduction au livre Panim Meirot ou Masbirot, Point 4 : Lorsque les enfants d’Israël sont remplis par la connaissance complète, les fontaines de l’intelligence et de la connaissance devront circuler au-delà des frontières d’Israël et inonder toutes les nations du monde.

Ainsi, nous devons aussi diffuser la sagesse de la Kabbale parmi les nations du monde, mais nous devons effectuer la correction, pas elles. Durant le congrès on oublie tout : la maison, la diffusion et le monde. Il n’y a rien d’autre que le lieu où nous sommes, ensemble avec nos amis qui sont connectés à nous partout dans le monde. Nous sommes ensemble dans un seul cœur. Nous sommes totalement déconnectés du monde extérieur, entrant plus profondément à l’intérieur de nous.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du  20/09/12, « Introduction au livre Panim Meirot ou Masbirot »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed