Sur l’épaule de qui devons-nous pleurer ?

Dr. Michael LaitmanQuestion: Selon les statistiques, 90% des femmes transmettre tous leurs secrets à leurs amies, et 90% des hommes transmettre tous leurs secrets à leurs épouses. Les femmes ont besoin de partager leurs sentiments les plus intimes avec un ami proche. Est-ce vrai ? Ou est-ce que cette situation devrait être changée ?

Réponse : Nous ne travaillons pas avec ces types de problèmes ou ne considérons pas qu’il soit nécessaire de nous impliquer dans ces domaines de la communication et de la psychologie humaine, car ils ne concernent pas directement et ne sont pas strictement liés à l’intégration de la société. Les gens communiquent avec les autres comme ils le souhaitent. En même temps nous ne leur imposons jamais rien, parce que la communication à un niveau naturel, animal, ne nous intéresse pas.

Ce qui nous intéresse est de savoir combien nous sommes capables d’élever une personne au-dessus d’elle-même vers l’intégration aux autres. Nous devons cultiver le sentiment, dont ils commencent à faire l’expérience dans un groupe, le sentiment intégral qui se produit principalement entre les hommes, et c’est ce à que nous devons faire attention. Toutes les autres questions concernant qui partage avec qui et ce qu’ils partagent dans leur vie quotidienne ne nous intéresse pas.

Naturellement, les hommes consultent leurs épouses. En règle générale, un mari a un besoin inné de partager avec sa femme et de recevoir son approbation. Il ressent ce besoin toute sa vie, tout d’abord avec sa mère.

Les femmes n’ont pas ce besoin. Quand elle est jeune, elle a une mère, et plus tard seulement une amie qui est en mesure de la comprendre ou d’une certaine manière de la soutenir ; elle a besoin d’une épaule pour pleurer parce que son mari ne la comprend pas parfaitement.

D’un entretien sur L’éducation intégrale 04/03/12

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: