Comment puis-je copier l’image de l’âme globale sur moi ?

Dr. Michael LaitmanL’intégration mutuelle signifie que chacun est incorporé dans les autres. Je restreins mon désir, ce qui signifie que les modèles en lui, en essayant de prendre et d’incorporer  dans les modèles des autres. Je regarde et vois comment tout le monde autour de moi apprécie les choses différentes, même si je n’ai pas ressenti tout ceci comme étant agréable.

Si une personne reste indifférente au cours de la leçon, cela signifie qu’elle ne peut pas être incorporée dans les désirs des autres. Je vois qu’il y a des gens qui sont en train de brûler et d’autres qui s’endorment. Tout dépend de l’impression que nous pouvons recevoir les uns des autres. C’est ce qu’on appelle l’incorporation mutuelle ; j’essaie d’entrer dans l’autre et d’être impressionné par ses désirs.

Pour ce faire, j’ai besoin d’abord de m’annuler, comme un petit enfant car sinon je ne serais pas en mesure d’être incorporé dans les autres. Je fais de moi un zéro, le point noir de Malkhout. Maintenant, je peux entrer dans l’autre et voir ce qu’il y a à l’intérieur de lui. Il est impressionné par quelque chose et je veux être impressionné avec lui. Alors je peux absorber ses pensées et ses désirs, tout ce qui est en lui.

Je ne peux reformater mon désir, que j’ai restreint et transformé en matière première, en lui donne une forme conforme à celui qui est dans une autre personne. Il se trouve que je fais le « copier-coller » sur moi de tout ce qui est dans son âme, et maintenant mon âme reçoit son dessin intérieur.

J’ai collé une copie de son image sur moi, tout comme vous copiez des données d’un ordinateur à un autre, d’une mémoire à l’autre. Pour ce faire, je dois m’annuler et préparer un espace vide en moi. Ensuite, je dois entrer dans l’autre et prendre les données de lui et de les transférer en moi, dans ma « mémoire ». C’est ainsi que ma « mémoire » est remplie de ses données. Mais pour ce faire, ma mémoire doit d’abord être vide, et prête à recevoir de nouvelles données. C’est ce qu’on appelle l’incorporation mutuelle.

Qu’ai-je atteint par cela ? J’ai eu mes propres désirs, et maintenant, en plus d’eux, j’ai les désirs de quelqu’un d’autre. Ensuite j’intègre les désirs de l’autre, puis avec un autre. Finalement, je vais inclure le monde entier en moi. Mais c’est seulement si je me considère comme inférieur à tout le monde que je serai en mesure d’inclure tout le monde en moi, et par là devenir plus sage que tout le monde. Je grandis et deviens plus grand que tout le monde, mais c’est grâce au fait que je me considère comme inférieur à tous les autres. C’est comme ça que ça fonctionne.

De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale 09/10/12, Talmud Esser Sefirot

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed