Le juste milieu entre la mystique et scolastique

Dr. Michael LaitmanJ’ai un problème: Si je révèle quelque chose, je le révèle comme toutes les autres créatures – dans les mêmes récipients et avec le même esprit que tout le monde.

Par exemple, mettons que j’ai découvert un phénomène nouveau en physique quantique. Évidemment, je ne peux pas en parler avec ma femme, mais il y a un cercle de gens qui peuvent me comprendre. Nous avons développé un langage spécial pour décrire ces choses, et, en principe, n’importe qui peut l’apprendre. En général, tout le monde a une base, et la seule chose qui manque encore c’est son développement raisonnable et rationnel.

D’autre part, un plus grand développement du sens et de la raison ne m’aidera pas non plus. On peut être équipé avec des milliers de verres, connecter des radars à ses oreilles, et des microscopes et des télescopes à ses yeux: aucun instrument ou capteurs ne fera rien de bien. Nous parlons de la perception, qui n’est pas enracinée dans n’importe quelle créature sur terre. Beaucoup d’animaux ont un plus large éventail de sensations par rapport aux gens, mais nous ne parlons pas de cela. Il y a des gens très intelligents et perspicaces dont la capacité de percevoir et d’analyser est beaucoup plus élevée que la mienne, mais ce n’est pas la question.

Nous parlons de quelque chose qui n’est pas dans notre monde, sur la création d’une nouvelle sensation, d’une nouvelle perception et d’une analyse qui n’existe pas ici. Cet organe sensoriel est appelé une «partie du Créateur au-dessus ». Une personne qui l’acquiert doit être semblable au Créateur, l’Un, l’Unique, et le Seul. Ensuite, une personne ressent quelque chose semblable au Créateur ; il décrypte et L’identifie, soi-même, et la relation entre eux dans cet organe sensoriel qui est en quelque sorte semblable au Créateur. Et selon le ressenti de cette adhésion avec le Créateur, une personne peut parler de ce qui vient de Lui: sur le plan et le but de notre création, sur le processus que nous suivons, et sur tous les événements et les situations de ce monde.

Aujourd’hui, nous sommes en mesure d’étudier notre existence sur les niveaux minéral, végétal, et animal, mais il n’y a rien que nous puissions apprendre davantage sur le plan humain jusqu’à ce que nous apprenions à connaître le Créateur au moins dans une certaine mesure. Ainsi, un kabbaliste ne peut pas nous parler de son accomplissement spirituel, parce qu’il est perçu dans l’autre organe sensoriel incomparable à celui que nous avons. Il est impossible d’en parler de la manière dont je parle des frontières de notre monde.

Ici, même si une personne n’a pas un organe sensoriel, nous pouvons toujours lui expliquer quelque chose par analogie. Mais il n’y a rien d’analogue ou de similaires au sens spirituel. Nous ne serons pas en mesure de le connaître avant de l’atteindre. Même au stade de la préparation avant d’entrer dans le spirituel, nous voyons comment les détails de la perception changent, comment tout d’un coup ils se retournent à l’envers et vice-versa …

Mais alors pourquoi les kabbalistes donnent-ils des explications?

Pour rapprocher les gens afin de leur donner au moins un premier point de contact approprié. Et même si ce n’est pas un vrai contact, cela leur permet toujours d’évoquer la Lumière qui ramène vers le bien. Alors, les gens peuvent se déplacer vers la révélation.

Certains « obtiennent juste » cette révélation d’en haut. Comment et pourquoi, ce ne sont pas nos affaires. Cela ne vient pas pour nous tous à la fois, mais méthodiquement: un désir caché se révèle dans une personne, et elle fait des efforts et en réponse elle se déplace en avant.

Si elle veut passer sa révélation à ceux qui n’ont rien encore, il lui faut établir une connexion avec eux. Et cette connexion l’essence d’une langue, un code que l’on peut utiliser pour communiquer entre nous à propos des choses que seul une personne, voire aucune d’entre nous comprenne et sur lesquelles nous nous basons ce que nous lisons dans le livre.

Par conséquent, il est nécessaire de comprendre combien c’est difficile à atteindre pour les kabbalistes pour expliquer quelque chose à des gens qui ne sont pas encore entrés dans le monde spirituel. En fait, ce n’est même pas pour expliquer, mais pour progresser. C’est pourquoi nous appelons notre étude «un moyen spécial». Après tout, ce n’est pas à propos de la compréhension et même pas une sensation: nous ne devons penser qu’à cela même, comme il est dit:« J’ai travaillé et trouvé ».

Cela soulève une question: quelle est la langue la mieux adaptée pour cela? Comment les kabbalistes nous tendent-ils la main afin que nous n’apprenions pas seulement en recevant une certaine connaissance abstraite, mais en même temps, sans être poussés vers le mysticisme? Comment peuvent-ils nous éloigner de l’appel naturel de l’esprit et des sens? Comment peuvent-ils nous protéger contre les cordons rouges et les bénédictions ainsi que de tomber dans la scolastique? Comment peuvent-ils nous guider à travers le«juste milieu», la ligne médiane, de sorte que nous étudions, pour que nous soyons imprégnés de l’esprit, et agissions correctement dans le groupe ?

Ce n’est possible qu’avec l’aide d’un des moyens spéciaux que nous appelons parfois un « jeu ». C’est, en fait, un concept très sérieux qui illustre notre relation avec le Supérieur un peu mieux : nous voulons vraiment être à Son niveau, mais nous ne l’avons pas encore atteint.

De la 4 ème partie du cours quotidien de Kabbale du 25/11/2012, «L’essence de la sagesse de la Kabbale »

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: