Un congrès: le moment le plus heureux

Dr. Michael LaitmanQuestion: Nous pensons souvent à la façon de parvenir à un état de prière. D’autre part,un congrès est un acte tellement joyeux …

Réponse: Une prière ne doit pas être triste. Une prière est une attente de correction. Dois-je pleurer,m’agenouiller et me frapper la tête contre un mur? Il n’y a rien de tel.

Une prière est un sentiment dans le cœur. Je veux que mon cœur soit corrigé. Je le prépare pour qu’il passe par des changements, cesse d’êtreégoïste, arrête de penser à lui-même.

Une fois que le cœur cesse depenser à lui-même, je commence à sentir tout de suite le monde supérieur. C’est ce que je veux!C’est ce qu’on appelle une prière!  Rien d’autre.

Question: Mais nous disonsque nous avons besoin de parvenir à un état de désespoir, d’impuissance, comme un sentiment très difficile, mais un congrès symbolise un état de joie, d’unité. Comment puis-je intégrer tout cela en un?

Réponse: Cela est également très simple.

Le désespoir doit être joyeux. C’est ainsi, je désespérais de mes propres capacités- regardez ce que j’ai accompli!Je n’ai plus d’espoir pour moi.

Le Baal HaSoulam écrit qu’il n’y a pas de moment heureux dans la vie d’une personne que quand elle sent qu’en aucune façon elle ne peut s’aider elle-même, et rien ne pourra l’aider, mais seulement un miracle du ciel, c’est quand ça arrive. Il n’y a pas plus heureux moment que le sentiment que cela va la sauver. Quoi de mieux?
De la Leçon virtuelle du 25.11.12

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed