Voir le monde tel qu’il est

Dr. Michael LaitmanLa sagesse de la Kabbale est une sagesse particulière qui réellement explique tout. Cependant, il faut l’atteindre. Il n’est pas perçu par l’esprit et les désirs avec lesquels nous sommes nés, ni par notre nature.

Nous sommes nés sur le niveau « animé » et nous devons développer les propriétés du niveau supérieur en nous, le niveau « humain » (Adam), ce qui signifie ressemblant (Domé -ressembler en hébreu), à la force supérieure.

Dans notre réalité corporelle, nous recevons également des signaux différents du monde autour de nous, selon notre équivalence à lui. Je perçois le monde autour de moi, selon ma sensibilité à la gamme de fréquences et la sensibilité de mes sens de la vue, l’ouïe et les autres sens, mais, en plus, de nombreuses autres fréquences existent, toutes des différentes sources, que je ne perçois pas. Je ne perçois le monde que dans la gamme de fréquences sur lesquels mes sens sont en syntonie ou à travers les instruments que je peux créer en vue d’élargir la portée de ces fréquences, et pas plus que cela. Nous ne créons pas quelque chose que nous n’avons pas, nous ne faisons que développer ce que nous avons.

D’autre part, afin de révéler la force supérieure, nous devons créer un sens supplémentaire totalement nouveau en nous. Il est nouveau sur le plan qualitatif, puisque tous nos sens sont verrouillées sur la réception, sur l’intention égoïste de soi-même, nous percevons le monde qui nous entoure seulement pour ce qui nous concerne: ce que nous pouvons recevoir de bon de lui et les mauvaises choses à éviter.

Au début, je perçois le monde à travers le filtre de mes cinq sens, dans les fréquences sur lesquelles je suis syntonisé. En plus de cela, il y a mon ego, qui filtre tout selon un principe, « est-ce bon ou mauvais pour moi? ». S’il n’y a pas de réponse dans notre immense désir pour quelque chose, dans l’estimation de l’avantage ou du préjudice potentiels, alors je ne perçois pas et ne le vois pas. Nous ne percevons que ce que notre désir veut, ce qui signifie que ce qui est positif ou négatif pour moi, ou ce qui peut me nuire ou me faire plaisir, alors je peux le voir.

Avec une telle approche, même si nous élargissons nos sens en créant différents instruments comme les télescopes, microscopes, etc., rien ne nous aidera puisque notre ego, qui est derrière eux, seront toujours en train de tout classer en fonction de cette échelle.

Seeing The World As It Is

Il y a beaucoup de recherches sur cette question par des psychologues et des physiciens. En physique moderne, il y a le concept de l ‘«observateur». Au début le physicien Newton a affirmé que l’univers est comme nous le voyons. L’image qui a été représenté était assez simple, bien que Newton a étudié la sagesse de la Kabbale et a également étudié l’hébreu pour lire la version originale des sources.

Puis vint Albert Einstein et Hugh Everett qui ont atteint un phrasé différent du concept: Le monde qui nous entoure est tel que nous le percevons, en fait, il est totalement différent, mais parce que nous le percevons, nous le changeons, l’inclinons, et le brisons par notre attributs. En observant les évènements physiques, nous les déformons tout en les visualisant, et par conséquent, ils ne seront pas comme ils étaient sans nous.

Ainsi, il ne suffit pas que nous percevons tout à travers le filtre de notre ego, mais même lorsque nous ne faisons que regarder quelque chose, par notre participation, nous interférons avec l’image du monde. Regardez une étoile et elle est déjà différente seulement parce que vous l’avez regardé; c’est ce que les physiciens disent.

Aujourd’hui, nous arrivons à la conviction qu’il existe une perception différente du monde, pas la perception formelle qui est basé sur nos attributs animaux. La sagesse de la Kabbale le dit simplement, elle dit: Au lieu de votre sens ordinaire, au lieu de l’ego dans lequel vous recevez uniquement pour votre propre bien, stabilisez un sens différent, rendez-le totalement différent, faites-le dans le but de donner. Si vous ouvrez l’attribut de ce nouveau sens pour qu’il se concentre en dehors de vous, il vous permettra de déterminer à quoi le monde ressemble réellement. Vous verrez que c’est totalement différent, vous verrez que c’est réel. En outre, vous pourrez vous modifier vous-même. Le nouveau sens qui apparaîtra en vous est appelé une «âme».

En fait, il n’a pas d’importance comment vous l’appelez. D’une façon ou d’une autre, avec ce nouveau sens, vous verrez tout le monde externe qui « n’a pas été touché » tel qu’il est, les forces, les connexions, et ses objectifs. Vous serez tellement adapté et si étroitement liée que tout ce que tout ce qui est en votre ego, votre état animal, votre corps de l’animal, « mourra »tout simplement. Cela signifie que vous ne vous le sentirez pas -c’est ainsi que le sentiment actuel microscopique de la vie vous semblera par rapport à ce que vous ressentez lorsque vous découvrez le monde en dehors de vous et que vous existez en lui.

C’est à cela que la sagesse de la Kabbale conduit une personne.

Du Congrès de Novosibirsk 7/12/12, Cours 1

 

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed