Au coeur de la bataille contre des moulins à vent

Dr. Michael LaitmanAu lieu de s’en tenir au principe de « il n’y a rien hormis Lui», ma pensée dépend de différents facteurs, que je vois devant moi. Au lieu de chercher plus loin pour voir au-delà des personnes, au-delà du mécanisme, au-delà de tous les phénomènes naturels, et de voir à le Créateur et moi-même, moi, comme un myope, je regarde des objets qui sont proches de moi et les vois comme les facteurs dont dépend de ma liberté. Tout comme Don Quichotte, je me bats contre des moulins à vent, une « scène » sans vie.

En conséquence, le Créateur doit intensifier le mal et la souffrance, de sorte que je vais devoir prendre un meilleur regard sur ce dont ma vie dépend. Il le fait si bien que je ne serai pas en mesure d’arrêter cette recherche.

Nous le voyons dans l’exemple de l’Etat d’Israël: Ahmadinejad, le Hamas, les menaces, les missiles, Moubarak au lieu de Sadate, Mursi au lieu de Moubarak … le Créateur durcit constamment le cœur de Pharaon. Pourquoi cela? Parce que le peuple juif ne veut pas voir la vraie raison de ce qui se passe. En attendant, toutes les raisons mineures ont été uniquement destinées à une chose : pour amener Israël au Créateur, alors nous devons leur être reconnaissants pour cela. Ils ne sont que des moyens.

En conséquence, les personnes sont nécessaires pour être un peu plus intelligent pour voir à qui elles ont affaire et qui gère le monde. Les troubles ne font que nous rappeler quel est l’objectif, et qu’il est facile de se débarrasser d’eux si nous nous tournons vers le Créateur. Mais nous ne nous tournons pas vers Lui afin de recevoir «récompenses», mais pour nous corriger, afin d’adhérer à Lui et pour Lui apporter satisfaction. Alors, les actuels « rappels » seront annulés, alors «l’ange de la mort» va se transformer en un «saint ange. »

Question: Alors avec qui travaillons-nous, avec le groupe ou avec le monde extérieur?

Réponse: Toute la réalité, y compris le monde extérieur, y compris moi et le groupe, sont dans le Créateur. Le monde extérieur me donne une impulsion négative (1), en me rappelant sans cesse de me tourner vers le Créateur (2). Mais je sais que je ne peux pas me tourner vers Lui directement. Je dois d’abord me tourner vers le groupe, puis avec eux vers le Créateur. C’est alors seulement que j’ai un récipient, un désir pour Lui, alors que rien ne m’aidera si je travaille individuellement.

In The Heat Of The Battle With Windmills

De la 3ème partie du cours quotidien de Kabbale du 12/12/12, Les écrits du Rabash 

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: