Merci laux psychologues, au revoir les philosophes

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, «La Sagesse de la Kabbale et la philosophie»: Non seulement c’est le mauvais endroit pour discuter avec eux de leurs conjectures fabriqués, mais aussi le temps des partisans de ces points de vue est déjà passé et leur autorité révoqué. Nous devons également remercier les experts de la psychologie matérialiste pour cela, qui ont construit leur socle sur les ruines des anciens, gagnant la faveur du public. Maintenant, tout le monde admet la nullité de la philosophie, car elle n’est pas construite sur des fondations concrètes. … Par conséquent, nous sommes reconnaissants à la psychologie matérialiste de leur avoir assené un coup mortel.

Il s’agit d’un sujet très délicat. À l’époque, la philosophie a essayé de dominer le peuple juif et de prendre la place de la sagesse de la Kabbale. La psychologie semblait garder la place de la sagesse de la Kabbale, tandis que la philosophie a atteint sa fin. Mais au cours du 20 ème siècle la psychologie s’est usée complètement.

Pour pouvoir sauter sur la table vous devez sauter plus haut que la table. Par conséquent nous ne pouvons pas enquêter sur l’homme sans remonter au-dessus de lui. Aussi longtemps que les psychologues ont étudié les tendances « animales » naturelles de l’homme, ils ont réussi. Ils ont même réussi à identifier et à organiser la pyramide des désirs décrites par Abraham Maslow.

Pourtant ce sont de simples petites révélations. À l’heure actuelle, cependant, quand les psychologues tentent de pénétrer un peu plus profondément, ils rencontrent une grande confusion. Le problème ici est que, contrairement aux sciences exactes qui étudient des lois fixes qui ne changent pas, la psychologie traite avec « l’évolution » des lois. Et cela parce qu’une personne change constamment, surtout à notre époque. Ainsi, les résultats d’études deviennent rapidement obsolètes: Après plusieurs années aussi bien le chercheur que ses sujets changent et ne sont plus ce qu’ils étaient au départ.

Ainsi, la psychologie n’a pas de fondations concrètes. Ce n’est pas une science exacte, mais une combinaison de différentes petites, étroites, limitées, études individuelles. Donc finalement, aujourd’hui, alors que la philosophie est devenue un «gros mot», la psychologie, elle aussi, est épuisée. Nous sommes maintenant sur la ligne d’arrivée.

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 20/12/12, “La sagesse de la Kabbale et la philosophie”

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: