Une image dessinée dans l’air fin

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, «La sagesse de la Kabbale et la philosophie »: … la vérité est que la force elle-même est également considérée comme une affaire réelle, tout comme n’importe quelle matière corporelle dans le monde concret … « 

Nous disons que la spiritualité est une «force». Est-ce à dire que ce monde est le problème? Non, il ne l’est pas. Une force en elle-même est de la matière. Il n’y a que la force. La physique contemporaine est arrivée à la conclusion suivante: au-delà des atomes, les particules, les photons, on ne détecte pas de la matère. Même quand on utilise les méthodes traditionnelles d’exploration de l’univers et on va en profondeur dans la base même de celui-ci, nous découvrons qu’à la fondation la matière «disparaît» et fonctionne réellement comme une force. Nous sommes habitués à dessiner une image matérielle du monde, mais en fait, il n’existe que dans notre perception, car en réalité, la matière est seulement une force, rien de plus que cela.

Cette force est divisée en deux catégories (deux désirs): donner et recevoir. Dans l’ensemble, la multiplicité des forces isolées décrit une sorte de réalité que les kabbalistes appellent imaginaire, illusoire. Elle est réaliste, mais éphémère, comme un dessin tridimensionnel établi dans l’air avec un faisceau laser. Et nous vivons en lui, et en fait «venons de » ce « faisceau ». Nous sommes tous «peints» dans l’espace, et en fait, notre essence est aussi une force, deux désirs et un écran qui les équilibre.

Ces forces sont des désirs de donner et recevoir qui doivent s’incorporer et s’intégrer les uns aux autres. Mais tellement l’un d’eux domine l’autre, que le désir résultant a également « l’accès au pouvoir», et de la coopération, la participation, la compréhension, le partage des sensations communes tout le chemin de l’amour, quand tout le monde est prêt à donner mutuellement, à rester dans la coopération et la compréhension mutuelles, partager des sensations communes, y compris l’amour et être prêt à renoncer à tout ce qu’ils ont pour l’amour de l’autre et en même temps, ils doivent tout accepter des autres.

La réception de force doit atteindre la même puissance d’être que la puissance du don, le sentir, et se développer en conséquence pour obtenir des qualités semblables au Créateur. Et pour cela, il faut passer par des états spéciaux qui lui permettent de sentir qu’il est vivant et capable de prendre des décisions, de planifier et de mettre en œuvre des plans dans la réalité. À ce stade, il est impossible de se conformer sans un tableau imaginaire. C’est de là l’illusion appelée «notre monde» dans lequel prévaut le désir de recevoir vient.

Baal HaSoulam apporte l’exemple d’un cocher qui avait l’habitude de vivre avec sa femme et ses enfants, gagnait assez d’argent pour garder sa maison correctement, et était plutôt content jusqu’à ce que ses ennuis ont commencé: Son cheval est mort, la maison a été brûlée, et sa femme et ses enfants sont morts dans une épidémie. En conséquence, le cocher comparut devant la Haute Cour, où il a été décidé qu’il serait payé pour son malheur car il avait tant souffert.

Que lui a-t-on donné? Il a reçu un cheval, une charrette, une femme, des enfants, et une maison, le même sentiment, qui était pour lui le bonheur. Dans cette «image», sa vie est à nouveau merveilleuse: il travaille, apporte de l’argent à sa famille, et se réjouit avec eux. Tout est super! Son désir est petit, mais pour lui, c’est un véritable paradis où tout va bien et rien de plus n’est nécessaire. Une illusion parfaite.

Parfois, nous avons des rêves. En quoi sont-ils différents de la réalité? Et si dans quelques minutes le réveil sonne et vous réveille et vous vous rendez compte que ce que vous avez vu était un rêve? En fait, c’est de cette façont. Alors, quelle est la différence entre un rêve et la réalité? Comment pouvons-nous distinguer l’un de l’autre?

Il est important de comprendre que notre réalité est «tirée» par une force et elle nous est accordée à nous de faire notre désir de recevoir se sentir indépendant, puissant, compétent et détaché de celui qui le fait fonctionner réellement. C’est le seul moyen d’atteindre l’équivalence de forme avec le Créateur. Sinon, quel type de similitude aurait-il si j’étais complètement sous son contrôle?

En fait, notre détachement du Créateur est illusoire, et c’est pourquoi ce monde est appelé imaginaire. D’autre part, les royaumes spirituels ne sont pas imaginaires, car c’est là que nous sommes conscients de l’illusion, être d’accord avec cela, et s’élever au-dessus de la raison. Là, nous travaillons au dessus de notre compréhension, sachant qu’il n’y a rien hormis Lui, en accord avec cela de plus en plus profondément. Nous travaillons déjà avec une force réelle, malgré le fait que nous aussi, nous sommes une force, et il n’y a que la force.

Question: Si notre vie entière est un seul, long rêve, quelles conclusions pratiques pouvons-nous tirer de cela?

Réponse: Il est dit dans les Psaumes: «Nous étions comme des rêveurs. » Pratiquement, je dois prendre cette vie au sérieux. Il m’a été donné de s’élever au-dessus, ne pas le négliger. Rien ne doit être négligé. L’«image» actuelle est établie pour moi par la force supérieure, et jusqu’à ce que je termine la période de préparation, je ne peux pas m’en débarrasser. Je dois continuer la perception du monde jusqu’à la fin de la correction, à chaque fois revenir pour de nouvelles corrections. Même si je suis monté au niveau 124ème et tout ce qui reste est la dernière étape 125e, je reviendrai encore.

Il n’y a pas d’autre choix. Cette «infrastructure de base» est extrêmement importante, car ce n’est qu’en se penchant sur elle, nous réalisons notre choix. Grâce à elle, à chaque étape, il nous semble que nous agissons de manière indépendante et que nous sommes égaux avec le Créateur, et peut-être sommes encore plus puissants que lui. Il n’y a pas la moindre chance de fusionner avec lui sans ce sens d’indépendance. Dans le cas contraire, il n’y a pas de «moi»,celui qui est capable de fusionner avec Lui.

C’est la façon dont nous travaillons dans ce monde. Que ce soit imaginaire, nous sommes conscients de cela, et puis nous l’acceptons. Nous commençons à jouer consciemment avec notre «indépendance», et à ce stade, le fait que nous sommes régis par Lui n’est plus un secret pour nous.

De la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 18/12/12, “La sagesse de la Kabbale et la philosophie”

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: