Barricadé dans ce monde

Dr. Michael LaitmanQuand les gens étaient plus proches de la nature, ils ressentaient la nature sous une forme qui est presque mystique pour nous. Mais en fait des phénomènes réels de la nature leur ont été révélés.Par exemple, les tribus de l’Amazonie se ressentent beaucoup mieux la forêt que nous; ils sentent ses essences à des kilomètres; ils lisent les signes et les traces, et ils peuvent décrypter toutes sortes de sons.

Après tout, ils n’ont rien d’autre. Un homme vit dans la forêt, sa vie en dépend,et c’est pourquoi il développe de plus en plus ses liens avec l’environnement. Selon le vol des oiseaux, selon le souffle du vent, il sait beaucoup de choses.Il relie entre eux tous les niveaux, minéral,végétal, et animal et qu’il les perçoit comme un.

Mais nous sommes à l’opposé. Nous nous protégeons de l’environnement. Nous fermons les portes et les fenêtres tout simplement pour ne pas voir la cacophonie urbaine et de ne pas entendre le bruit des voitures. En conséquence, nous bloquons nos récipients de perception. Nous nous isolons de la vie et de l’univers.

Question: Mais les gens confondent souvent entre proximité de la nature et quelque chose de surnaturel.

Réponse: Ce sont tous des sentiments, des sensations, que nous pouvons développer en nous-mêmes. Il y a des gens qui peuvent tenir votre main et dire qui vous êtes et quels sont vos plans. Il y a ceux qui peuvent prédire l’avenir, ils lisent dans les pensées. Ce sont des sensations naturelles que nous avons perdu sur le chemin du développement de la civilisation, et ils ne sont pas une sorte de « perception extrasensorielle. » La nature a installé dans l’homme beaucoup plus de sens nets que les sentiments actuels. Et il ne fait aucun doute qu’il n’y a pas de miracles.
De la 4e partie du cours quotidien de Kabbale 30/12/12, « Corps et âme »

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed