L’humble grandeur de la spiritualité

Dr. Michael LaitmanQuestion: de nombreuses fois quelqu’un a semblé être un grand homme, mais comme je me suis approché de lui et l’ai connu, j’ai découvert qu’il n’en était rien. Quand finiront les déceptions et quand allons-nous vraiment découvrir la grandeur?

Réponse: La grandeur ne se découvre que dans le Créateur. Nous devons travailler d’une manière opposée, vers le groupe, l’enseignant, et le Créateur, nous devons construire leur grandeur en nous-mêmes. Plus vous vous rapprochez d’eux, plus petits, plus humbles et inférieurs ils vous sembleront. Ils ne vont pas vous permettre de vous accrocher à eux et de les apprécier.

Il est dit: «Partout où vous découvrirez Sa grandeur, c’est là que vous découvrirez Sa modestie. » Il est très difficile de s’accrocher à un sentiment de grandeur dans la spiritualité.

Par conséquent, les religions utilisent des attributs externes afin d’augmenter l’importance, et chaque rabbin ou un prêtre se présentent eux-mêmes comme grands et importants devant le peuple. Ceci est nécessaire afin d’attirer les gens, car ils sont impressionnés par l’apparence extérieure. Dans la sagesse de la Kabbale, cependant, c’est le contraire, ici tout est déterminé par l’intériorité. Alors parfois, l’étude, le groupe, des amis, et le professeur se présentent comme n’étant pas spécial en aucune façon. Ensuite, une personne doit surmonter le manque de respect et essayer d’élever leur importance sur un plan plus interne, par lui-même.

Nous n’avons même pas à agir comme le grand groupe de Kotzk, qui délibérément montraient à l’autre des étourdissements et un manque de respect de la spiritualité afin de permettre plus de travail.

Nous devons travailler sur la grandeur de l’ami, le professeur, et le Créateur, bien qu’à chaque fois nous pensons qu’ils sont plus petits. Nous devons donc apprécier ces moments précieusement, tout comme lors des ateliers où nous avons une chance d’être impressionnés par l’esprit et les sentiments des amis quand nous n’avons même pas osé l’espérer. C’est parce que nous sommes habitués à humilier tout le monde en nous voyant comme le plus grand de tous.

Le fait que j’apprécie moi-même plus que tout le monde est instinctif. Tout à coup, je découvre que les amis sont plus importants que moi, et cela me secoue dans un certain sens. D’abord, cela ne me secoue qu’égoïstement, mais je commence à les valoriser et à les envier, et puis je l’attache à l’objectif à atteindre et l’utilise afin de me faire progresser.
[96991]
De la 1ère partie du Cours quotidien de Kabbale du 31/12/12, “ Introduction à l’étude des Dix Sefirot

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: