L’unité détermine tout

congrès, groupeBaal HaSoulam, Shamati, article 66, «Le don de la Torah »: La question de la remise de la Torah qui a eu lieu sur le mont Sinaï ne veut pas dire que la Torah a été donnée une fois, puis le don a été arrêté. Au contraire, il n’y a pas absence de spiritualité, car la spiritualité est une matière éternelle, sans fin. Mais, puisque du point de vue du donneur, nous sommes inaptes à recevoir la Torah, nous disons que la cessation est faite par le Supérieur.

Une fois dans l’histoire de l’humanité, un bébé est né que ses parents ont appelé Adam. Pourquoi ont-ils l’appeler Adam? Ils ne savaient pas pourquoi, cela a été déterminé par la Providence supérieure.

Le bébé a grandi et mûri, et probablement commencé à demander au sujet du sens de la vie. «Pourquoi et pour quoi je vis? » Puis vers l’âge de 37 ans, le Créateur a été révélé à Adam et il a commencé à enseigner aux gens, et donc jeté les bases d’une chaîne d’événements que la Torah décrit, toutes les générations jusqu’à Abraham et les phases de développement qui ont suivi.

Dans l’ensemble, nous étudions l’histoire, la géographie et l’essence spirituelle ensemble. Alors, que devons-nous croire? Ou plus exactement, comment devons-nous imaginer ces événements? Ont-elles lieu à la fois dans la spiritualité et dans la corporéité? Par exemple, le passage d’un groupe d’Abraham de Babylone, dans le pays de Canaan identique à une ascension intérieure? A-t-elle été accompagnée par la reconnaissance du mal et du bien, par l’unité?

Par exemple, si je suis fermement uni avec les amis, je quitte Babylone, et si je m’unis plus fortement avec eux, je rentre dans la terre de Canaan. Si je descends les niveaux de l’unité, je me trouve en Egypte. Si je m’unis d’une manière différente je passe d’Hébron à Beer Sheva ….

Il s’avère que tout est mesuré en fonction de l’intensité de notre unité. C’est ce dont la sagesse de la Kabbale nous parle: Il ne s’agit pas du tout de ce monde, je ne le regarde pas, sauf à l’intérieur, sachant qu’à l’intérieur de moi tous les détails de ma perception dépendent du niveau de l’unité ou de la séparation avec les amis.

En même temps, cependant, les kabbalistes disent qu’il doit y avoir aussi une « branche » corporel qui est parallèle à ce qui se passe dans le monde de la « racine » spirituelle. La «racine» doit effleurer la « branche » une fois dans sa première révélation. Après tout, cette révélation vient du haut vers le bas, et ainsi tout ce que la Torah décrit s’accomplit dans une certaine mesure dans notre monde aussi.

Nous savons que les premier et second Temples, l’histoire de Pourim qui est décrit dans le Livre d’Esther, les guerres du peuple d’Israël, les exiles ont réellement eu lieu. Les tombes de Joseph, Rebecca, la grotte des Patriarches et autres lieux saints existent encore. En d’autres termes, les niveaux spirituels ont effectivement été révélés dans les gens qui vivaient à cette époque dans notre monde.

D’abord le processus de descente s’effectue à partir du monde de Ein Sof (infini) jusqu’au réel «en bas», comme on dit d’un bout à l’autre. Ensuite, nous devons réaliser le potentiel nous avons acquis sur les niveaux des«ancêtres» lors de la destruction du Temple et pendant l’exil.

Aujourd’hui, nous sommes dans un tel état de ténèbres que nous ne savons même pas ce qui se rapporte réellement à l’exil. Si nous prenons la crise actuelle en compte, beaucoup pensent que peut-être ils ont été exilés de la terre de richesses, le respect, et d’autres plaisirs terrestres. Nous avons descendu si bas, à de telles profondeurs où l’obscurité dissimule l’essence même de l’exil du monde spirituel, à partir de l’attribut de l’amour et du don. Pour nous, le don est l’opposé – un attribut indésirable.

Maintenant, nous devons commencer l’ascension et ça doit être une ascension intérieure. Bien sûr, il aura une incidence sur le monde corporel aussi, mais pas des actions extérieures sont demandées de nous. C’est la spiritualité qui détermine la forme que nous aurons, individuellement et collectivement, quel genre d’humanité, il y aura, et quel genre de monde.

Le don de la Torah au Mont. Sinaï a eu lieu à la fois sur le plan spirituel et sur le plan corporel. La question du don de la Torah qui a eu lieu sur le mont Sinaï ne veut pas dire que la Torah a été donnée une fois, puis le don a été arrêté. Au contraire, il n’y a pas absence dans la spiritualité.

Ce n’est pas la même chose dans la corporéité: Il n’y a rien de sacré à propos du Mt. Sinaï et ni les orthodoxes ni les gens non-religieux sont attirés par cela. La spiritualité, d’autre part, est une matière éternelle, sans fin. Mais, puisque du point de vue du donneur, nous sommes inaptes à recevoir la Torah, nous n’atteignons pas le bon niveau et nous disons que la cessation est faite par le Supérieur.

En réalité, la cessation n’est pas de notre part. L’échelle spirituelle existe toujours, et toutes ses conditions sont maintenues, la spiritualité est éternelle et si vous atteignez un certain état vous recevez la Torah.

Montez plus haut et vous serez dans le désert, puis dans la terre d’Israël, etc. Ceux-là sont les niveaux de l’ascension spirituelle.

Je ne peux pas dire à quel point notre monde change en fonction de cette ascension, mais il va certainement changer. Après tout, une «branche»fonctionne selon la « racine ». Si nous changeons la racine de notre ascension et notre participation à ce programme, il va certainement affecter le monde différemment et alors le monde changera.

De la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 10/1/13, Shamati N°66

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed