Bronzer dans les rayons de la Lumière qui ramène vers le bien

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment puis-je comprendre quelles corrections je traverse au jour le jour? Je ne comprends pas du tout ce qui se passe avec moi.

Réponse: La compréhension arrive à la suite de clarifier mes Kelim (récipients, désirs). Et la Lumière qui purifie, corrige, et remplit mon Kli – non pas vous-même. Notre travail est d’être inspiré pour attirer cette Lumière sur nous. A part cela il n’y a rien d’autre, et c’est toute la Torah, « La lumière qui ramène vers le bien. »

Vous ne savez pas, ne comprenez pas et ne ressentez pas le monde spirituel. Simplement une sorte de désir inconnu vous mène, et vous ne savez pas exactement à quoi cela entraîne. C’est un état correct et bon qui existe même aux niveaux spirituels supérieurs.

Nous avons seulement besoin d’imaginer les conditions optimales: Dans quel état, quelle situation, de quelle manière vais-je entrer dans le maximum d’influence de la Lumière? C’est comme si j’allais sur le toit pour bronzer un peu. Après tout, je ne voulais pas m’asseoir à l’ombre, mais je voulais mettre la chaise directement au soleil et me tourner vers lui, afin d’être constamment sous ses rayons. Je m’adapte constamment pour capter au maximum les rayons du soleil.

De même, nous avons besoin de clarifier les conditions dans lesquelles nous serons en mesure de tirer le maximum de Lumière qui ramène vers le bien. Et nous n’avons pas seulement besoin de nous placer sous son influence, mais de l’attirer à nous-mêmes. Après tout, ici, tout dépend à quel point que je veux que la Lumière vienne me toucher.

Et il faut penser à ceci toute la journée: Comment puis-je me tenir dans la pensée et le désir corrects, quel besoin ais-je de contrôler mon cœur et le mental afin d’inviter l’influence de la Lumière? Dans quelles conditions la Lumière m’influence de la façon la plus grande? Comment dois-je transformer mon cœur et mon esprit pour me positionner sous l’influence de la Lumière?

À la suite de cela, tout le reste viendra. Même sans avoir lu les lettres du Baal HaSoulam, vous découvrirez ce qui est écrit là. La question n’est pas d’apprendre quelques pages de texte et d’acquérir des connaissances. Mais nous avons besoin de lire ces textes parce que, pendant la durée des études, nous nous orientons vers une plus grande influence de la Lumière. Par exemple, la lecture de textes kabbalistiques est une des conditions de l’intention correcte envers la Lumière. Mais nous ne les lisons pas seulement pour comprendre, mais avec la pensée pour attirer sur nous l’influence de la Lumière. C’est toute la question. Ainsi, il est dit: « Ce n’est pas le sage qui apprend. »

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 29/01/13, Écrits du Baal HaSoulam

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed