Nous voulions le meilleur, mais nous avons obtenu …

Dr. Michael LaitmanLes problèmes d’aujourd’hui découlent de notre attitude. Il ne fait aucun doute que nous construisons tous les systèmes de la société humaine correctement, mais il ne fait aucun doute que nous les utilisons de la mauvaise manière. Et la raison est notre mauvaise attitude envers l’autre.

Apparemment, nous avons créé des systèmes qui sont bons et nécessaires pour tout le monde: la santé, l’éducation, les systèmes de sécurité nationale, etc, mais les résultats ne sont guère réjouissants. Par exemple, plus nous consommons de médicaments, mieux cela est pour le système médical et l’industrie pharmaceutique. Leurs bénéfices croissent et l’état reçoit plus d’impôts. « Nous vous souhaitons d’être malade le plus souvent. »

La même chose se passe dans l’industrie alimentaire: plus on mange, plus c’est rentable pour l’industrie. L’abondance de la nourriture malsaine provoque des maladies. « Alors, soyez gourmand et glouton, vous pouvez acheter des produits alimentaires autant que possible et par là contribuer à l’économie. »

Les systèmes sont bons, mais ils sont utilisés contre le bien-être des gens. Les banques, en effet, ont à faire passer le « sang » par le système, mais au contraire, elles « sucent le sang » du système. Les industries militaires fournissent des emplois et des progrès technologiques et scientifiques, mais tout est mis en œuvre pour armer les différents états et finalement, ils auront à faire usage de ces armes. Donc le résultat est des conflits et des guerres interminables.

Ainsi, il s’avère que nous avons construit des systèmes et des mécanismes nécessaires, mais nous les utilisons d’une manière de plus en plus destructrice. Il y a des cercles qui, en fait, sont intéressés par une personne souffrante, malade, et qui vit une vie de pauvreté et misérable, tout cela est déterminé par le système lui-même.

Les économistes nous effrayent: « Nous devons augmenter la demande et la consommation sinon tout va s’arrêter! » Mais une personne ne veut pas continuer cette chasse, et à l’intérieur elle est désespérée de ce genre de vie et ne voit pas l’intérêt dans les achats, même si elle a de l’argent.

Notre désir de recevoir a été amélioré et est passé à un niveau supérieur et la pelouse du voisin n’est pas plus verte. Le désir a changé, peut-être pas pour tout le monde encore, mais le processus se poursuit, la mode, les tentations, les incitations et les attraits sont tous en train de disparaître.

Alors, quelle est la prochaine étape? Le monde est-il vraiment à sa fin? Non, c’est simplement que le capitalisme touche à sa fin, il ne fonctionne plus et dans les années à venir, nous verrons cela. Il s’agit d’un processus naturel inévitable.

Question: Comment est-ce possible que le système a été construit correctement, mais que nous l’utilisons incorrectement?

Réponse: Il est dit: « Dieu a fait un honnête homme, et ils ont demandé beaucoup de raisonnements » (Ecclésiaste 7:29). La simplicité se transforme en confusion et la discorde dans tous les sens, mais bien sûr, cela fait aussi partie du programme de la nature afin que nous puissions atteindre la reconnaissance du mal en nous et que nous  » le changions. »

 

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale 07/02/13, « Un discours de conclusion du Zohar« 

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: