Une nouvelle ère des relations familiales

Dr. Michael LaitmanQuestion: Quelles sont en fait les concessions mutuelles dans la famille qui doivent être mises en place au-dessus de notre résistance intérieure? Est-ce quelque chose d’inhabituel?

Réponse: Nous établissons des concessions sur la base de notre compréhension que nous ne pouvons pas changer notre caractère et que je n’ai pas l’intention de corriger ou de casser mon partenaire. Je ne lui demande pas de changer de quelque façon. Nous ne basons notre relation que sur un accord mutuel et sur des concessions mutuelles.

Je vérifie dans quelle mesure je peux admettre et accepter l’opinion de mon partenaire, bien que fondamentalement, selon mon ego, je ne sois pas d’accord avec cela. Mais je comprends que sans concessions, je ne serai jamais capable de faire toutes les connexions dans la famille ou ailleurs. Alors je lui concède une certaine mesure, afin de créer un «espace partagé»entre nous.

Mais je n’annule ni moi-même ni mon partenaire, je concède mais cela ne signifie pas que je me rends. Je suis monté au-dessus de moi, mais je ne me suis pas effacé. Je comprends que je ne suis pas d’accord avec mon partenaire et en même temps je sais que je dois accepter ses désirs, les habitudes et les opinions au-dessus de mes désirs, des habitudes et des opinions.

Il se trouve que je garde mon opinion et elle garde la sienne. Mais je lui permets consciemment de me contrôler. De son côté, elle fait la même chose. Ce n’est pas facile, mais en même temps, chacun de nous se double et on se connecte en un tout. J’inclus tout ce qui est en mon épouse, à la fois les aspects positifs et les aspects négatifs, et elle inclut également tout ce qu’il y a en moi, à la fois les aspects positifs et les aspects négatifs.

Chacun est prêt à renoncer à ses prétentions pour accepter son partenaire comme supérieur, comme l’ami le plus cher. Ainsi chacun de nous comprend l’autre, ce qui conduit à une connexion entre nous et même adhérence, ce qui signifie une intégration totale des désirs.

Il s’agit de l’apprentissage progressif quand un couple comprend qu’ils ont atteint une nouvelle ère dans leurs relations familiales, une nouvelle dimension de la perception d’une relation, d’autre part, de la société et du monde. Une personne commence à regarder le monde différemment. Elle voit la vie et le secret de leur existence.

Sans cette intégration mutuelle, pas une seule cellule vivante, une plante, un animal ou l’homme sera capable d’évoluer; la vie ne peut continuer que si chacun permet à l’autre d’entrer dans son espace.

Ici, une personne découvre le secret de la vie! Elle commence à se sentir comme tout aime et respire, comment tout se développe. Elle commence à se développer que grâce à ses concessions à d’autres.

En elle-même elle était une cellule morte, mais maintenantelle  commence à absorber le monde entier et devient tout, dans le même temps tout le monde garde ses propres limites sans rompre ou s’annuler. C’est un moment très important car les gens considèrent souvent les concessions dans le sens opposé, comme l’abandon de leur désir et de prendre le risque d’être immédiatement avalé par quelqu’un d’autre comme un serpent qui avale sa proie.

 

D’une discussion du 25.07.13 Nouvelle vie

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: