Découvrir la vérité

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment dois-je travailler sur mes états intérieurs? Les accepter? S’élever au-dessus? Demander quelque chose? Revendiquer?

Réponse: Cela dépend de votre niveau.

Nous avons progressivement commencé à apprécier le fait que nous pouvons être au-dessus de nos états. Ce n’est pas du masochisme ou du détachement aveugle, nous sommes conscients de nos sentiments, nous calculons les choses, et en même temps nous nous détachons d’elles. Il s’agit de la prochaine étape dans la création du Massakh (écran): Une personne tente de se détacher du bien et du mal et d’être vraiment objective et indépendante de la sensation de son corps.

Question: Comment pouvons-nous maintenir à ce niveau, permettant au sentiment agréable et désagréable d’effectuer son travail dans le récipient, et en même temps l’observer à partir de l’extérieur?

Réponse: Dans le livre des Proverbes, il est dit: « Acquérir la vérité et ne pas la vendre. » Nous ne pouvons pas discerner cela extérieurement. Il y a beaucoup de couches dans les calculs d’une personne et il est impossible de rester à un point tout le temps jusqu’à ce que la Lumière supérieure, le rende « stable ».

Mais si une personne fait des efforts et tente, elle veut vraiment que cela se produise. D’abord,on lui donne le sentiment qu’elle peut « tenir à ce point. » Alors, bien sûr, on lui envoie un sentiment d’échec et d’impuissance. Ensuite, il s’avère qu’elle ne peut même pas y penser, et puis elle s’accroche à cette idée, mais elle ne peut l’accomplir. C’est ainsi que les quatre phases typiques de ce processus se développent.

Mais en tout cas, dans toute la gamme des sentiments, de la négativité maximale à la positivité maximale, je dois essayer de me tenir à ce point et me concentrer sur l’objectif. Peu importe ce qui arrive, cela ne fait aucune différence pour moi. Bien que les sentiments peuvent me déchirer, je m’appuie sur une seule chose et me « cale » sur l’objectif.

Tout cela n’est possible que dans « le centre du groupe. » Ce n’est pas au-delà de l’horizon, ni au-dessus des nuages, c’est seulement dans le centre du groupe que je trouve et découvre le monde spirituel. En travaillant avec le groupe, je commence à découvrir que je ne suis pas entouré de visages de par la coïncidence, mais par des personnes spéciales qui ont été choisies d’En-Haut. Ensemble, elles forment tout un réseau, et si je suis intégré dans le groupe, si je suis prêt et l’aide de toutes mes forces, je suis inclus dans Malkhout, dans la Shekhina.

En outre, je connais la force qui le soutient et qui se révèle en lui, et je tiens à m’identifier à cette force. J’influence les amis d’en bas et elle m’influence d’En-Haut, et là, finalement dans le groupe, nous nous rencontrons afin de s’unir. Ensuite, il s’avère que le groupe est notre « bébé » commun…

De la 4ème partie du cours quotidien de Kabbale du 21/02/13, « Un discours de conclusion du Zohar« 

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed