La bonté supérieure sans compromis

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourquoi le Créateur est-il si intransigeant avec l’être créé par la mise en place de lois difficiles et immuables pour lui?   Pourquoi ne peut-il pas être plus miséricordieux, comme un père avec son fils?
Réponse: Un enfant ne peut jamais justifier la ténacité de son père. Il ne peut pas comprendre le père avec son esprit enfantin et voir les résultats futurs et les avantages que l’éducation de son père lui apportera. L’enfant veut jouer du matin au soir, ne manger que des sucreries et regarder la télévision. Il ne peut pas justifier les constantes demandes des parents et donc il les écoute sans enthousiasme car il sent sa dépendance à leur égard et non pas parce qu’il les justifie.
Dans la spiritualité, tout est beaucoup plus compliqué, car nous ne ressentons pas dans quelle mesure la haute Providence nous traite gentiment. Dans le monde d’un enfant, son opposition n’est pas une indication de ce qu’il va devenir; si un enfant est obéissant, fait ses devoirs et nettoie le désordre qu’il fait, les parents ne peuvent pas venir se plaindre à lui car il n’y a rien de plus qu’ils peuvent exiger de lui.
Dans le monde spirituel, cependant, c’est différent: Là vous êtes toujours un criminel, puisque vous y arrivez avec des récipients brisés pour commencer. Vous êtes traités avec bonté et on vous enseigne la méthode de correction, un groupe est organisé pour vous, tout comme un jardin d’enfants avec un surveillant et avec des jouets différents. C’est de la miséricorde et une grande aide du ciel et de la miséricorde; tous tes péchés sont pardonnés et vous bénéficiez d’un soutien dans tous les sens, juste pour que vous soyez en mesure d’atteindre la correction et la compréhension dans une certaine mesure.
Dans notre monde, nous comprenons l’«éducation» comme la contrainte dirigée contre l’enfant. Mais dans le monde spirituel, la contrainte est impossible. Je vois l’étudiant qui n’a pas changé depuis des années, répétant les mêmes erreurs, tomber dans les mêmes fosses, et je ne peux pas dire quoique ce soit. J’étais pareil et cela dure tout le long du parcours.
Ceci est notre chemin et il n’y a rien que nous puissions faire. Sauf si une personne détermine la leçon, la méthode, sa Torah par elle-même, elle ne sera pas en mesure d’avancer. Elle ne peut pas être contrainte ici, seulement la reconnaissance.
Par conséquent, nous ne pouvons pas nous plaindre d’être sous la domination d’un père cruel, malgré tous les événements terribles de notre histoire. Nous ne pouvons pas les justifier mais, plus tard, nous verrons que toutes les actions de la haute Providence découlent de l’amour. Bien que nous ne puissions pas  justifier cela dans notre état actuel, puisque nous sommes trop loin de cela, quand on découvre la vérité, nous verrons quelle grande correction cela a apporté.
« Il a donné une loi qui ne peut être violée », signifie qu’il y a une seule loi. Il y a une lumière et un récipient qui sont opposés l’un à l’autre, et ceci est la loi. Plus tard, quand ils sont incorporés l’un dans l’autre, la loi de l’évolution apparaît par cette incorporation,s’appelle la loi de l’équivalence de forme. Cela provient entièrement d’une pensée comme une loi.
Finalement, je dois atteindre un état dans lequel je veux garder cette loi par ma propre volonté, par moi-même, comme s’il n’y avait personne d’autre, comme s’il n’y avait pas de Créateur. Quand je deviens comme le créateur regardant sa création, déterminant la loi selon lequel cela devrait exister, cela voudra dire que je suis arrivé à une équivalence de forme avec le Créateur.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 06/03/13, Écrits de Baal HaSoulam

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed