Un duo inséparable: l’homme et l’âne

Dr. Michael LaitmanNous adhérons d’abord à nos récipients de réception, et seulement en eux nous pouvons sentir le monde. Nous jugeons tout seulement en fonction du bien ou du mal  que nous ressentons dans nos récipients de réception appelés « un âne (Hamor)», qui est aussi notre «matière (Homer) » (qui a la même racine en hébreu). Et l’homme en nous  adhère également au même «âne».
Grâce à notre effort, nous pouvons détacher l’homme en nous qui est immergé dans sa matière. Puis cet homme commence à penser différemment.
Comment pouvons-nous détacher l’homme de sa matière, de son »âne? » Ce n’est que par la Lumière qui ramène vers le bien qui donne à une personne l’attribut du don, Hessed, la Lumière de Hassadim. Cette lumière emplit l’endroit appelé «homme» et lui donne de nouveaux attributs par lequel une personne peut se détacher de l’âne, de la question du désir de recevoir. Ce détachement de la volonté de recevoir est appelé l’exode d’Egypte.
De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale 03/04/13

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: