Parlons un peu du bien

Dr. Michael LaitmanBaal HaSoulam, «Introduction au Livre du Zohar», article 33: … tout le contentement de notre Créateur de donner sans réserve à Ses créatures dépend de la mesure dans laquelle les créatures Le ressentent, sentant que c’est Lui celui qui donne, et qu’Il est celui qui les complaît. Car alors, Il prend plaisir en elles, comme un père jouant avec son fils bien-aimé, dans la mesure où le fils sent et reconnaît la grandeur et la transcendance de son père, et son père lui montre tous les trésors qu’il avait préparé pour lui …

«Jouer» signifie que je ressens le désir du Créateur, Son attitude, Son besoin de nous créer à cause de Son désir de faire du bien à Ses créatures. Je ressens l’amour infini qui coule de son niveau. Il nous a créés pour nous permettre de ressentir son amour et nous pouvons profiter de cet amour seulement si nous comprenons bien, dans la mesure où nous pouvons lui en donner de la valeur.

Nous sommes ensemble dans cet amour mutuel comme deux amants, comme un père et son fils. Ils jouent ensemble, mais le fils comprend parfaitement son père et est collé à lui. Ils sont incorporés dans l’autre dans leurs désirs, et chacun peut remplir l’autre. Ils sont, à l’origine, opposés les uns aux autres par la nature, mais grâce à la correction, ils sont unis et ont des possibilités infinies pour se développer. Cette contradiction interne n’est pas un obstacle, mais plutôt, leur permet de révéler l’amour infini au-dessus de la séparation.

Question: Pourquoi parlons-nous tant du mal et si peu du bien?

Réponse: Tout d’abord, vous devriez parler du bien les uns avec les autres, sur le but de la création, et sur le travail et le groupe.

Deuxièmement, nous étudions et examinons nos récipients, nos désirs, et ce n’est pas plus ou moins, mais un manque de désirs. Notre étude et l’élévation d’une demande de correction proviennent de l’absence d’accomplissement du désir. Nous apprenons comment atteindre le désir correct, et à l’élever afin de recevoir les forces, les Massakhim (écrans), et les Lumières de correction en réponse. C’est seulement alors que nous arrivons à la réalisation et serons finalement récompensés des plaisirs comme résultat de l’adhésion, l’unité et l’équivalence de forme avec le Créateur.

Donc, tout notre travail se fait sous la pression, mais si vous l’appréciez, si vous appréciez cette pression, si vous vous souvenez que vous travaillez pour une raison et pour servir le Créateur, si votre foi est assez forte, ce qui signifie les forces de Bina, les forces du don sans réserve – là, même s’il s’agit de surmonter des états désagréables, vous pourrez quand même en profiter. Après tout, vous avez une autre force, la force de Bina qui vous élève au-dessus Malkhout. Bien que vous ne vous sentez pas à l’aise dans Malkhout, Bina vous donne le sentiment de l’ascension.

Il est difficile d’exprimer cette dualité en mots, mais c’est notre travail. Nous faisons des efforts, et la question est de savoir si nous les aimons ou pas. Cela dépend de pour qui faisons-nous de ces efforts.

En tout cas, il n’y a pas tant de mots à propos de l’excitation et de plaisir dans l’histoire de ce travail. Le travail, lui même, est la partie principale de l’histoire.

Personnellement, j’apprécie la plupart des états que je traverse. Parfois, vous êtes jeté dans une sensation désagréable et parfois dans l’indifférence. Tout peut arriver, mais vous devriez essayer de vous accrocher à la montée et à profiter de chaque état. Après tout, si le Créateur vous gère, si vous êtes constamment dans Ses mains, même quand Il vous coupe et vous jette dehors, finalement il n’y a pas un moment sans plaisir.

Retour au jeu du père avec son fils: Nous nous sentons en fait dans un état dans lequel vous ne recevez rien. Il est en contraste avec notre perception. Il n’y a rien dans vos récipients. La lumière de NRNHY n’est pas le remplissage que vous recevez de quelqu’un, mais votre attitude envers le Créateur qui est construite au-dessus du vide à l’intérieur de vous. C’est cette attitude qui vous révèle une Lumière qui est «dans l’air», l’attitude elle-même. C’est la Lumière du don sans réserve et de l’amour qui vient de vous.

Nous disons que l’abondance de la Lumière vient du Créateur et se révèle dans tous les mondes, mais, en fait, cela ne signifie pas que vous êtes égoïstement rempli de plaisir – non. C’est parce que cela arrive au-dessus de la première restriction, dans l’attribut de «donner pour donner», puis, dans «recevoir pour donner sans réserve. » Il est en contraste complet avec nos vues actuelles, et il est impossible pour nous d’expliquer cela.

C’est la raison pour laquelle nous ne pouvons pas décrire pour les autres le plaisir que nous éprouvons quand on joue avec le Créateur. C’est tout un résultat de l’auto-annulation et la dévotion, au-dessus du Makhsom (barrière), en dehors de vous, dans votre aspiration vers l’extérieur, au-dessus des douleurs de l’amour.

De la 4ème partie du Cours quotidien de Kabbale du 09/04/13, “Introduction au Livre du Zohar

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: