La lettre Noun – une beauté impuissante

Dr. Michael LaitmanLa question est pourquoi  le monde  n’a pas été créé avec la lettre Noun qui est si bonne et belle? La lettre « Noun » est synonyme de 50, ce qui signifie « 50 portes de Bina, » une correction ensemble, la fin de l’esclavage en Egypte, la réception de la Torah. Tout cela dépend de la lettre « Noun. » Elle correspond à la Sefira Yessod en petitesse avec laquelle nous devons travailler jusqu’à la fin de la correction.
Le Zivouguim (accouplements) sont faits dans Yessod, ce qui signifie dans la foi au-dessus de la raison, de bas en haut, jusqu’à la fin de la correction. Apparemment, cette lettre est impeccable et elle exige à juste titre, que le monde soit créé avec elle et promet de l’amener à la fin de la correction.
Tout cela est vrai, à une exception près, cette lettre est impuissante! Si ce n’était pas pour la lettre « Samekh» qui peut toujours compter sur petitesse, Noun ne serait pas capable de faire quoi que ce soit. Donc, elle est impossible d’effectuer seule des corrections de cet attribut. La lettre « Samekh » doit participer à toutes les actions en vue de fournir ce soutien, la Lumière de Hassadim, puis, grâce à elle, l’attribut de Noun peut fonctionner dans la Sefira de Yessod et ne pas tomber dans alkhout. Dans l’ensemble, toutes les lettres sont nécessaires, et il est impossible d’amener le monde à la correction souhaitable par cet attribut, bien que la lettre « Noun » ait fait tout ce qu’il fallait, à l’exception de son propre pouvoir.
Si vous descendez de Tifferet à Yessod, vous êtes déjà en danger, puisque vous commencez à travailler avec Malkhout. Ce type de travail n’est possible que de bas en haut, et vous avez besoin de vous préserver de toute chute et ne pas commencer à recevoir dans la direction opposée: de haut en bas.
Qui vous aide à résister à cette tentation? Il doit y avoir quelqu’un au-dessus de vous qui vous tient par une corde, afin que vous puissiez vous y accrocher et ne pas tomber. C’est comme si je  descendais dans un puits plein de serpents et me tenais un peu au-dessus, mais très proche.
Il s’avère que vous êtes si près de Malkhout, et vous pouvez monter et transmettre ses peurs et ses angoisses au supérieur afin de les sanctifier. Mais vous dépendez totalement de la corde à laquelle vous êtes suspendu; vous dépendez entièrement du supérieur, de la lettre « Samekh » qui vous retient.
De la 2ème partie du cours quotidien de Kabbale 27/05/13, Le Zohar

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed