Transmettre la spiritualité d’une personne à une autre

Dr. Michael LaitmanL’enseignant se tient à l’avant, il voit plus loin et guide les étudiants. Mais si un élève a ses propres idées quant à son développement et à la correction du monde, il est déjà son propre maître. Il peut rester un étudiant et croire que l’enseignant se trompe sur le sens du développement. Il ne peut pas recevoir la réalisation spirituelle de son maître, mais peut seulement recevoir des connaissances théoriques, de la sagesse. Ainsi, il n’étudie pas la Torah qui est des moyens, des instructions sur la façon d’atteindre l’attribut du don ; étudier signifie être en contact avec le supérieur en effectuant différentes actions. Cela n’a rien à voir avec l’esprit, comme il est dit, «Ce n’est pas le sage qui apprend. » Un étudiant reçoit la force du don de son maître par sa connexion à lui.

La force du don est transmise par un canal interne, puisque ce n’est pas la philosophie ni la science théorique. Ainsi chacun peut recevoir cette force, à la fois le plus stupide et le plus sage. Sa transmission ne dépend que des actions nécessaires que chaque personne effectue envers l’environnement, se soumettant, élevant son professeur et la connexion au groupe, de sorte que l’ensemble du groupe se connecte à l’enseignant qui représente le niveau supérieur, recevant ainsi la correction de lui. C’est ce qui arrive à tous les niveaux.

. Si un étudiant monte, son professeur monte aussi avec lui, et si un élève descend, alors son professeur descend certainement avec lui. Ce n’est pas l’état réel de l’enseignant, mais comment il est représenté à l’étudiant, tout est par rapport à celui qui atteint.

Quand un homme vient seulement pour étudier, il ne comprend pas tout cela au premier abord. Il doit attendre jusqu’à ce qu’il commence à écouter. Cela peut prendre deux ou trois ans, mais quand il commence enfin à entendre, le groupe doit l’aider car sinon cela pourrait prendre des décennies. Les amis doivent lui expliquer qu’il est impossible d’atteindre la spiritualité à moins qu’elle soit transmise d’une personne à une autre et seulement si il y a une connexion entre eux et le contact physique, ce qui signifie qu’ils peuvent voir, entendre, sentir, comprendre, et en quelque sorte impressionner un autre, effectuer certaines actions, être en contact, et être en interaction mutuelle. C’est ainsi que cela a été arrangée depuis des siècles, et ça ne peut pas changer puisque c’est une réplique des racines spirituelles.

La merveille du dernier niveau de ce monde c’est que là par mes actions corporelles je peux Lui apporter le contentement quand je me soumets, me connecte à Lui, adhère à Lui par une assistance corporelle, et par cela je reçois la révélation spirituelle du Créateur. Comment est-ce possible? Pourtant, je peux faire des efforts au niveau où je peux le faire, puisque je ne peux rien faire d’autre. En attendant, je ne comprends pas ce que le don est, je n’ai pas l’intention de « dans le but de donner », mais je peux agir au niveau matériel et c’est suffisant pour le moment.

De la 1ère partie du Cours quotidien de Kabbale du 05/06/13,  Les écrits du  Baal HaSulam, “Un discours de conclusion du Zohar « 

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed