Le commandement: Tu ne commettras point l’adultère

Dr. Michael LaitmanDans la spiritualité, l’adultère signifie  se servir d’un désir non corrigée.
Le fait est que la partie mâle du récipient spirituel est un Massakh (écran), l’intention « dans le but de donner», et la partie femelle est «le désir de recevoir. » Recevoir afin de donner est l’utilisation correcte du désir, sa réalisation correcte.
Donc, l’adultère signifie se servir de désir incorrects. Ce n’est pas votre femme, ce n’est pas votre désir correct. Vous devez choisir le désir correctement, être engagé dans chacun d’eux, vous marier, vous  connecter, adhérer, vous accoupler et donner naissance à l’état suivant au-dessus. Alors, la lumière viendra et le remplira.
Combien de nouveaux désirs émergent chez une personne chaque minute? Chaque minute, elle est différente et ses désirs sont différents, mais puisque le monde entier, c’est vous, votre application, alors dans l’ensemble il n’y a pas de désirs étranges.
Le fait de voir sept milliards de personnes différentes dans le monde ou de trois milliards de couples est en fait ce qui est dans une personne car les désirs changent constamment ainsi que leur Massakhim (écrans).
Une personne est une somme, un élément intégral, qui inclut toute l’humanité. Toute l’humanité est une sorte d’exposition, une photographie, une réplique de nos états intérieurs. Cela signifie que pendant la phase de correction, une personne passe par, disons, trois milliards d’états et si elle voit trois milliards de couples hors d’elle.
La Torah ne parle pas des problèmes que nous rencontrons dans ce monde. L’adultère fait partie de l’histoire humaine et il n’y a aucun moyen pour remédier à ce phénomène qui a prospéré à tous les âges.
Les désirs sexuels sont considérés comme des plaisirs élémentaires, les plus élémentaires, ce qui signifie que le plaisir sexuel est en fait le plus grand plaisir. Une personne ne peut pas rejeter tout plaisir, elle peut l’utiliser correctement.
Les interdictions dans le christianisme et, d’autre part, l’annulation de l’interdiction et la bigamie dans l’islam, sont comme la «ligne droite» et la «ligne de gauche» à l’égard du judaïsme où il est normal d’avoir une épouse et l’adultère est interdit.
D’un point de vue spirituel, une personne a le désir qui doit être satisfait à un moment donné. Il est appelé sa partie femelle. Elle doit préparer un Massakh avec la bonne intention de ce désir afin de donner, et ensuite s’en servir. Le résultat, ce qui signifie le don réel, la lumière qui est née dans le nouveau système, est appelé «sa descendance. »
De « les secrets du livre éternel » de KabTV 04/03/13

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed