Guérir quelque chose avec quelque chose qui lui ressemble

Dr. Michael LaitmanQuestion: Pourquoi est-il difficile pour nous d’ouvrir nos cœurs, même si nous savons que nous sommes une seule famille? Plus une personne nous est proche, et plus c’est difficile. Nous sommes prêts à partager et à verser notre cœur à n’importe qui sauf à ceux qui sont près de nous. Pourquoi est-ce comme ça? Est-ce juste mon sentiment, mon illusion?

Réponse: C’est en fait ainsi et cela sera encore plus difficile. Il est dit dans le Zohar que les élèves de Rabbi Shimon, qui étaient tous de grands kabbalistes, ont ressenti une si grande haine envers l’autre quand ils se sont réunis, qu’il leur semblait brûler de l’intérieur. Ils étaient prêts à se faire brûler l’un l’autre. Donc, vous êtes sur la bonne voie.  Nous devons comprendre cela et savoir comment le gérer.

Le fait est que tous les attributs négatifs nous ont été donnés pour que nous puissions voir comment nous devons concentrer nos efforts pour nous rapprocher. Il n’y a donc rien à redire, mais plutôt d’être heureux de la révélation du mal et de comprendre que cela vous montre où vous êtes malade.

Pouvez-vous imaginer ce qui nous arriverait si rien ne fait mal? Combien de maladies nous ignorerions? Grâce à la douleur nous prêtons attention à la maladie et guérissons. Nous ne nous calmons pas en disant que «je déteste l’autre, mais maintenant je vais prendre un verre avec lui, manger quelque chose ensemble, et tout ira bien … » Non! Ceci est faux! C’est comme prendre un analgésique. Un verre de vodka et tout va bien, et il est déjà votre ami? Non!

Question: Alors, où puis-je me procurer le remède?

Réponse: Le remède ne se révèle que lorsque nous atteignons la reconnaissance de la maladie elle-même, alors seulement, le remède est révélé à l’intérieur de la maladie. Après tout, tous les remèdes que nous utilisons dans ce monde ont été découverts par l’étude de la maladie elle-même. En étudiant la maladie, nous découvrons ce qu’elle provoque et nous commençons à utiliser le même matériel comme un antidote, guérissant ainsi quelque chose avec quelque chose de « similaire ».

Cela signifie que lorsque nous savons avec certitude quel est le problème, nous guérissons en utilisant la même chose, mais dans sa forme opposée. Donc, ce n’est pas encore révélé. L’essentiel est de ne pas nier et de ne pas percevoir l’ego qui se révèle entre nous comme quelque chose de mauvais.

Du Congrès de Krasnoyarsk le 14/06/13, Cours 1

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed