Etudier et enseigner aux autres

Dr. Michael LaitmanDans la première moitié du 20e siècle, le Baal HaSoulam a écrit au sujet de l’unité du monde et de la crise que l’humanité aurait à passer. Il y avait des moments graves. Deux guerres mondiales se profilaient dans le monde entier. En général, la situation était évidente et c’est pourquoi Baal HaSoulam a signalé qu’à partir de 1995, la sagesse de la Kabbale serait requise par les masses, que les gens  l’étudieraient sérieusement et en grand nombre.

Naturellement, il s’agit d’un long processus. Ce n’était pas exactement en une année que la « cloche a sonné» et que tout le monde se précipita vers la Kabbale comme dans les portes ouvertes d’un magasin. Qoui qu’il en soit, c’est quand même arrivé.

En prévision d’événements futurs, Baal HaSoulam écrit ses travaux sur le développement de l’humanité. Parmi eux, le principal est une collection très intéressante, essentiellement un livre qui est appelé «La dernière génération. »

Après le Rabash j’ai hérité des archives du Baal HaSoulam – ce qui avait survécu, et qui n’avait pas été volé ou perdu. J’ai trouvé les fragments de ces archives dans le sous-sol sous une telle forme que peut-être tout ne pouvait pas être restauré, mais certaines parties pouvaient l’être. Basé sur eux, nous avons créé le livre, La dernière génération.

Dans ce livre, Baal HaSoulam décrit le principe de base de la vie de la société future. Elle se compose de sketches et des dossiers individuels qui sont regroupées d’une manière ou d’une autre. Un travail de recherche approfondi a été fait pour les recueillir. Bien sûr, nous n’ajoutons rien à ce qui était écrit là, mais à la fin nous tirons nos propres conclusions.

Dans l’ensemble, à partir de ce livre et d’autres œuvres du Baal HaSoulam comme «La garantie mutuelle » etc., nous comprenons que les gens doivent changer leur monde quand ils sont déçus par leurs propres forces, de  leur capacité à faire quelque chose avec elle. Quand beaucoup sont surmontés par un manque de compréhension, vient alors le temps de tout leur expliquer.

Nous nous trouvons dans cet état. Chaque année, le monde réalise de plus en plus son désespoir, l’impuissance, l’inutilité, et ainsi de suite.

En conséquence, il y a plusieurs raisons pour lesquelles nous devrions aller dans le monde, en premier lieu, comme les kabbalistes le soulignent, parce que c’est la volonté du Créateur et nous ne pouvons pas inventer nos propres objectifs, des intentions et des excuses. Si ca a étét indiqué, cela sera fait.

Par nature, je suis heureux de m’asseoir dans mon bureau faure des recherchesn tranquillement et rédiger quelque chose. C’est mon caractère. Cependant, la vie nous force et cela ne peut pas être fait.

Quand j’ai écrit mes trois premiers livres en 1983, Rabash a commencé à me traiter différemment. Il a vraiment vu que non seulement j’étudiais diligemment et j’étais constamment avec lui comme un élève et assistant, mais j’avais fait des efforts en matière de diffusion. C’était un bon signe pour lui. Ce n’était pas facile en ces années-là. Je republié ces livres en 1990 en russe à Novossibirsk. Ils ont été vendus. Le quatrième livre a été « Connaissance des mondes spirituels » et d’autres livres ont suivi.

La diffusion est le moment le plus important pour le Créateur. Il ne considère pas une personne qui ne pense qu’à elle-même. Il l’ignore, d’ailleurs, Il la méprise.

En revanche, une personne qui investit sa force dans la diffusion reçoit une aide spéciale du ciel. Après tout, elle ouvre la voie aux autres à travers elle-même, semblable à Bina qui travaille pour corriger les Partsoufim inférieurs. C’est pourquoi il reçoit tout pour tout le monde, la lumière, la connaissance, et la force passent par lui.

Ainsi, la diffusion est notre activité principale. Si nous parlons de l’amour et du don, quel genre de réalisation du principe de l’amour pour l’autre comme pour soi-même pourrait exister sinon par la diffusion et l’enseignement de la sagesse de la Kabbale?

Cela est nécessaire, sans aucun doute. Cependant, c’est seulement pour un petit groupe de gens qui ont le point dans le cœur, l’embryon du récipient spirituel indépendant (Kli) et une partie indépendante de l’âme. Vous verrez le système de l’ensemble de notre désir créé. Chaque organe contient ces particules. Ils sont peu nombreux. En substance, c’est vous et moi, ainsi que toutes les générations précédentes de kabbalistes.

Cependant, c’est une très petite partie. De même, chaque point du corps est un minuscule morceau du cerveau qui reçoit et traite les informations. Chaque organe a des particules qui assurent la communication avec le centre de contrôle et le centre lui-même est dans la tête. C’est comme un tout petit « pois », pratiquement un microprocesseur qui traite de tout ce qui se passe dans le corps ainsi que toutes sortes de connexions connues et encore inconnues. Ses représentants, répartis sur tout le corps, sont les plus importants pour n’importe quel organe parce qu’ils l’activent.

Ainsi, nous sommes ces pièces, et c’est pourquoi nous ne devrions pas nous attendre à ce qu’il y ait beaucoup d’entre nous. Ainsi, comme il est écrit dans la Torah: «Vous étiez la plus petite de toutes les nations. » Il est important de se rappeler que la Torah ne se réfère pas aux Juifs. La Torah se réfère à Israël et comme nous le savons « Israël » signifie « droit à Dieu» (Yashar El). Ces personnes sont peu nombreuses.

Ainsi, l’Académie internationale d’enseignement et de diffusion de Kabbale se développera davantage, mais il ne faut pas s’attendre à voir beaucoup de gens à faire la queue devant les portes. Cependant, dans tous les cas, nous devons développer ce système et le soutenir. Il est souhaitable d’enseigner à tous ceux qui veulent étudier. Cela est évident.

Nous ne vérifions pas les gens pour savoir s’ils ont un point dans le cœur. Vous voulez, étudiez, vous ne voulez pas, n’étudiez pas. Une personne participe à un certain nombre de leçons. Il ne voulait pas et partit. Ce n’est pas grave, il a quelque chose. Les portes sont ouvertes à tous.

Cependant, seulement nous pouvons réaliser la diffusion la plus importante, ceux qui ont le point dans le cœur. Nous sommes dispersés partout dans le monde comme dans les organes du corps humain. Nous sommes les « particules du cerveau» dans ses différentes parties. On nous a donné la tâche de gérer la correction de l’humanité et nous devons le faire et nous devons construire une nouvelle société. Nous sommes des pionniers, la première génération qui étudie afin d’enseigner aux autres la Kabbale et l’éducation intégrale. Le monde a besoin des deux.

C’est ce que nous devons faire, ne négligeant pas notre tâche d’étudier afin de connaître et de partager nos connaissances avec les autres dans la forme dans laquelle ils le veulent. Comme il est écrit: «Eduque le garçon d’après ses dispositions», c’est à dire, d’après ce qu’il désire. S’il ne veut pas étudier le système du monde supérieur, alors ne lui enseignez pas. Cependant, s’il veut améliorer son état, sa vie quotidienne terrestre, cela est bon. Dans cette optique, il est nécessaire de lui enseigner.

Du Congrès de Krasnoyarsk 14/06/13, 4ème cours

Discussion | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: