Se perdre parmi les amis

Dr. Michael LaitmanQuestion : Tandis que je parle avec les amis, d’une part je ressens que nos cœurs sont proches et d’autre part, il existe une compréhension que je cherche comme dans un gouffre et je ne sentirez jamais plus personne complètement. Nous sommes si différents : chacun avec son propre ego qui interfère parfois et est gênant , et de temps en temps il est utile et nous permet d’être les uns avec les autres. Comment pouvons-nous franchir ce point afin que nos « vélos » aillent enfin de l’avant et que nous remontions sur eux sans tomber ?

Réponse : Pour cela, on a besoin de ressentir qu’en se sentant comme le plus petit, on entre parmi les amis et n’avons besoin de rien d’autre. On doit sentir « qu’ils sont si grands, que je veux les serrer parmi eux, et qu’il y aura de l’espoir que je puisse aller de l’avant avec eux. » Il y a un grand bonheur si une personne se ressent de cette façon.

Question : Mais ici l’opposition s’élève. Devons-nous simplement l’ignorer ?

Réponse : Vous avez besoin de travailler avec elle, sans s’opposer à elle, mais essayez simplement d’écouter les amis.

Regardez d’où viennent les gens pour assister à la convention, la quantité d’énergie, de temps, d’efforts et de moyens qu’ils ont dépensé, regardez où ils vivent et comment le Créateur les a choisis. Si vous les regardez de l’extérieur, vous ne verrez pas des personnes belles ou intelligentes. Chacun a une personnalité différente, etc…

Si vous creusez un peu à l’intérieur, c’est le travail ! Vous verrez qu’à l’intérieur il y a l’étincelle du Créateur qu’Il a placé en chacun d’eux. Bien sûr, il doit y avoir du respect et de la crainte dans le fait que sans eux, vous êtes perdu.

Vous devez comprendre cela. Vous devez y penser car la pensée augmente le désir. Quand le désir est petit, avec l’aide des pensées que vous développez constamment, il grandit ensuite et devient quelque chose de fort. Mais je parle d’une sensation qui est très claire et précise. Si vous n’entrez pas dans un « wagon commun » général, alors vous restez sur le bord de la route. Vous devez pousser, serrer les amis, afin de ne pas vous perdre parmi eux.

De la Convention de Krasnoïarsk du 14/06/13, Leçon n°2

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent:

Article suivant: