Daily Archives: 4 juillet 2013

Voir l’unicité du Créateur

Dr. Michael LaitmanLe sujet du premier cours du congrès de Saint-Pétersbourg est « Il n’y a rien hormis Lui. » C’est le thème principal que nous étudions toujours.
En principe, nous sommes dans une réalité particulière appelée le «Créateur» et devons la révéler. Le «Créateur» (Boré) signifie «Venez et voyez» (Bo-Ré en hébreu). Si nous vivions déjà en Lui, dans la lumière blanche supérieure, alors seul Lui agit et il n’y a rien hormis Lui. Lui seul « décrit, » nous forme, Il est le premier et Il est le dernier. Toutes nos pensées et nos actes découlent des actions de cette lumière supérieure. Rien n’existe en dehors de Lui.
Nous observons encore, les formes végétale, et animale dans lesquelles le Créateur agit totalement, les obligeant à faire tout mouvement. Elles n’ont pas de libre choix du tout, elles sont entièrement sous son influence directe.
D’autre part, nous avons nous-mêmes un certain point, créé par Lui, existant apparemment en dehors de Lui. Ce point nous donne la possibilité de connaître le Créateur, le seul qui nous affecte. En fait, de cette façon on ne va pas quelque part à l’extérieur, ne nous éloignons pas de Lui, et ne violons aucune de ses actions. La réalité reste la même: Il n’y a personne d’autre que le Créateur. Toutefois, en raison de ce point qui semble être extrait de Lui, je peux m’analyser et Lui, je peux délibérément et consciemment arriver à la seule situation existante dans laquelle il n’y a personne d’autre que Lui.
J’atteins le Créateur à cause de ce travail. J’attribue chaque fragment de la réalité à son unité, et donc j’atteins tous ses actes, toutes les étapes, directement et en face de Lui, qu’Il entreprend. Donc, en retournant à l’état de l’unité et de l’unicité du Créateur, j’ai tout le pouvoir qu’il m’a donné et me rends compte que vraiment il n’y a rien hormis Lui.
Ainsi, je Lui apporte plaisir, et c’est le plus grand plaisir que je puisse lui apporter, et cela signifie moi-même . Après tout, il n’y a rien hormis Lui.
Alors maintenant, nous avons besoin, contre notre volonté, de devenir raisonnable et de s’inclure délibérément dans le concept: «Il n’y a rien hormis Lui».
De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale 03/07/13, Préparation au congrès de Saint-Pétersbourg, Leçon 1

Etre reconnaissant pour les pensées et les désirs

Dr. Michael LaitmanTous les désirs et les pensées qui surgissent dans une personne en relation avec le travail spirituel, pour ou contre, chacun d’entre eux ne viennent que du Créateur. Nous sommes toujours une conséquence, alors qu’Il est toujours la cause. Il est toujours la source, la racine, la première, et nous sommes une conséquence, créé, le second.
Par conséquent, nous devons réaliser que nous sentons toujours notre réponse à Son influence, et nous en fonction de cette compréhension, nous devons répondre. Autrement dit, s’Il nous donne des pensées et des désirs corrects, nous devrions être reconnaissants. S’il y a des pensées et des désirs incorrects, mais en même temps Il me rappelle qui a fait cela, alors nous devons nous demander et être reconnaissant pour ce rappel.

Un petit bateau dans une mer orageuse

Dr. Michael LaitmanQuestion : Comment pouvons-nous imaginer l’état suivant dans le groupe afin que nous puissions nous rapprocher de cela ?

Réponse : L’état suivant est la plénitude. Imaginez-le autant que vous pouvez. Chacun a sa propre idée du niveau spirituel et se le dessine différemment.

Vous pouvez penser que lorsque vous atteignez le niveau spirituel, vous serez assis comme un roi sur un trône et aurez tous les anges pour vous servir : l’un va vous apporter une cigarette, un autre va l’allumer, un troisième vous apportera un verre de bière, et ils arrangeront les coussins sur lesquels vous vous asseyez. J’espère que vous n’imaginez pas le monde supérieur de cette façon.

Il est important que vous ayez la bonne idée du monde d’en haut en gardant constamment la bonne intention car sans elle, vous êtes comme un bateau à voile dans une mer orageuse qui est ballotté d’un côté et de l’autre par de grosses vagues. Vous ne perdez pas simplement le chemin, mais vous êtes réellement dans une situation dangereuse.

Vous devez en permanence voir le but devant vous. Si vous le voyez, vous identifiez immédiatement les différentes interruptions qui arrivent en contraste avec lui. Ensuite, vous avez le temps de les attraper et de les vaincre, les utilisant ainsi pour vous soutenir.

Mais si vous ne voyez pas l’objectif, vous perdez la direction et il n’y a rien que vous puissiez examiner et comparer aux interruptions. Par conséquent, vous ne comprenez pas que ces interruptions vous détournent du but : différents désirs, des pensées et des images dans lesquelles vous disparaissez. Ils vous avalent au lieu du contraire.

Il est très important d’imaginer un objectif clair devant nous, et c’est pourquoi la préparation est si importante. La préparation dessine l’état corrigé que nous voulons atteindre, seulement cela et rien de moins, et sans aucun doute ! Sinon, je préfère mourir si je n’atteins pas ce que je veux !

De la 1ère partie du cours quotidien de Kabbale du 30/06/13, Écrits du Rabash

Au-dessus, aspirez à l’unité

Dr. Michael LaitmanQuestion: Avant que nous n’atteignions l’amour est-il nécessaire d’atteindre la haine envers un ami? Quelle est cette haine dans la spiritualité?
Réponse: Nous n’aspirons jamais à découvrir la haine. En aucune façon ou manière! Pas dans une famille, pas à la maison, pas avec les enfants, pas avec n’importe qui!
Nous n’avons pas besoin d’aspirer à quelque chose de mauvais! Ce n’est qu’en aspirant au bien que nous pouvons comprendre notre vraie nature. En essayant d’aimer un ami, nous commençons à découvrir que nous le haïssons. Donc sur la voie de « Et tu aimeras ton prochain comme toi-même», nous découvrons de gros problèmes. Et à chaque fois pour les surmonter, nous retombons dans la haine.
Si vous voulez connaître votre nature, vous devez vous diriger uniquement vers l’amour, c’est-à-dire être incorporé au maximum dans l’autre: «Que voulez-vous? Qu’est-ce qui vous manque pour atteindre l’objectif? « Vous essayez de le pousser vers cet objectif, même si vous y aspirez vous-même. Il ne s’agit pas de calculs égoïstes, mais plutôt, c’est précisemment parce qu’il veut cela.
En essayant de tout faire en vue d’un ami artificiellement, vous commencez à découvrir que vous le haïssez: «Pourquoi dois-je l’aider? Comment puis-je souhaiter qu’il y parvienne? Où suis-je dans tout cela? « La haine apparaît ici très vite et nous devons travailler là-dessus.
Mais cette première découverte de la véritable haine au-delà des efforts que nous avons faits en s’approchant de l’autre, c’est déjà la haine spirituelle. Ce n’est pas comme dans notre monde. Dans notre monde, nous ne prenons pas en compte les émotions positives ou négatives.
Tout ce qui est dans notre monde vient d’une personne par son ego, ainsi nous ne prenons pas cela en compte dans le monde spirituel. Et travailler en s’approchant des amis dans un groupe, dans la mesure de nos efforts pour nous approcher, de les remplir et de les élever, nous commençons à voir combien nous sommes complètement à l’opposé de cela; c’est notre travail. Et la haine apparaîtra, elle sera déjà spirituelle. Toute la spiritualité n’est atteinte qu’au au-delà de l’aspiration à l’unité, uniquement et seulement à la fois positivement et négativement.
De la préparation lors du congrès de Krasnoïarsk 13/06/13