Le manque est la récompense

Dr. Michael LaitmanQuestion: Comment puis-je mesurer ma préparation pour le congrès de Saint-Pétersbourg?
Réponse: Selon le niveau de souffrances que vous vous resentez. Après tout, je souffre quand il me manque quelque chose d’important.
Je vois une voiture de luxe dans une vitrine, une Rolls Royce brillante  qui coûte un million de dollars, le type de voiture qui attire l’attention de tout le monde dans la rue et arrête la circulation. Elle est en face de moi, je suis fasciné par elle, et je sens que ma vie n’a pas de sens sans elle. Je demande aux gens de m’aider à récolter un million de dollars. Je les prie de m’aider autant que possible …
Je ne dors pas la nuit, ni ne mange, ni bois, ou ne me détend en raison de l’image du véhicule brillant: «Je préférerais mourir plutôt que de vivre sans la » Rolls Royce « Je souffre cruellement quand je vois ma voiture de rêve dans la vitrine qui nous sépare.
Alors, que dois-je faire? Cassez la vitrine? Faire une révolution et prendre le biens de tout le monde? Braquer une banque? Je cherche des solutions différentes pour que je puisse acheter ce qui me manque. C’est parce que j’ai un fort sentiment que c’est la seule chose qui me manque.
C’est en fonction de cette tristesse que nous mesurons notre préparation au congrès, mais dans notre cas, ce n’est pas suffisant. J’ai aussi besoin du point dans le cœur, l’étincelle dans l’ego par rapport à laquelle je mesure l’objectif auquel les amis et moi aspirons . L’étincelle s’allume dans le but sublime et merveilleux et même si j’ai la désire ardemment, je ne veux pas le brouiller ni l’effacer. Au contraire, je suis sûr qu’elle sera à moi et que je vais l’atteindre. Par conséquent, je suis plein de joie avec un sentiment de tristesse.
La combinaison de la tristesse et la joie est la ligne médiane que je dois former. Donc, je mesure ma préparation en fonction du niveau de douleur que je ressens comme un résultat de ne pas avoir atteint ce que je veux. Je vérifie la douleur que je ressens dans mon cœur, dans mon ego, dans le point dans le cœur.
Donc, avant le congrès de Saint-Pétersbourg nous avons mis un grand accent non pas sur la grandeur de l’objectif, mais sur la préparation qui détermine la récompense. Vous recevrez exactement ce que vous avez préparé.
Dans la vie ordinaire nous amenons le récipient à une source d’eau et le remplissons. Dans la spiritualité, c’est différent, vous recevez exactement ce que vous avez préparé. Votre récipient devient le remplissage et vous ne demandez pas pour autre chose. Le désir, le manque, le désir du but est ce qui vous remplit. Il n’y a pas de changements à l’extérieur et rien ne vous pénètre, le manque devient la récompense. La préparation formate le manque de telle sorte qu’il devient la satisfaction.
Quels sont ces trucs? Un récipient vide en retour de nos efforts?
Non, il n’est plus vide, il est en fait plein … c’est le don sans réserve.
Baal HaSoulam parle dans la Lettre n °19: «Pendant la préparation, la beauté et la grâce apparaissent et l’essence de la perfection auxquelles on aspire et désire ardemment. Cependant, au moment de la correction, lorsque «la terre sera remplie de la connaissance du Seigneur », alors « je verrai un monde opposé », parce que seuls la peur et le désir sont l’essence de la perfection souhaitée. Ensuite, on sent que pendant le temps de préparation, on se mentait soi-même « .
De la 3e partie du cours quotidien de Kabbale 08/07/13 , «ils Me connaitront tous du plus petits aux plus grands »

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed