Deux niveaux de désir : père et fille

Dr. Michael Laitman« Maintenant, si un homme vend sa fille comme servante, elle ne sortira point comme sortent les esclaves. » (La Torah, Exode 21:07)

La Torah ne parle uniquement que de la correction des désirs. L’esclavage, c’est quand un désir appartient à un autre désir plus fort qui peut le corriger. Ainsi, dans les temps anciens les gens vivaient une vie sociale collective.

« Ma fille » est en fait les désirs que je découvre, mais que je ne peux pas corriger moi-même. Je ne peux pas épouser ma fille, je ne peux pas donner naissance aux niveaux suivants de ma progéniture. Donc, en développant mes désirs, je ne me connecte pas aux désirs appelés « fille » en tant que père, je ne viens pas à elle avec mon Massakh (écran), car un autre Massakh doit la contrôler, un autre désir. Cela signifie qu’elle appartient à un autre. Je la vends elle afin qu’elle appartienne à quelqu’un d’autre.

Par conséquent, il est dit ainsi « qu’elle ne sortira point comme sortent les esclaves », puisque le désir féminin doit appartenir seulement à Bina où elle est.

De KabTV, « Les Secrets du Livre Éternel » du  11/03/13

Commentaires | Share Feedback | Ask a question




"La Kabbale, la Science et le Sens de la Vie" Commentaires RSS Feed

Article précédent: